Méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel à visée anthropologique – Portail sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA)

17 octobre 2011
Par

Dans le cadre des carnets Hypothèses, nous avons décidé de décrire les différentes étapes de la constitution d’un portail audiovisuel à visée anthropologique. Notre première contribution décrit notre méthodologie de collecte du corpus audiovisuel qui constitue le cœur de notre portail consacré au Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA).

Après sept mois dans les Andes pour réaliser nos travaux de recherche doctorale et constituer notre corpus audiovisuel, nous sommes de retour au sein des locaux parisiens du projet ASA-SHS pour constituer notre portail audiovisuel sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA). L’objectif de ce portail est double. D’une part, il s’agit de conserver et de diffuser de manière scientifique des données de recherche sous la forme d’archives audiovisuelles en ligne et accessibles à tous. D’autre part, un des principaux enjeux de ce portail consiste également à promouvoir et revaloriser les patrimoines vivants des populations andines, dans un contexte actuel où ils sont parfois menacés, soit par une langue ou une tradition dominante, soit par un désintérêt de la part des nouvelles générations. La parole a donc été laissée aux acteurs et porteurs de patrimoines locaux, afin qu’ils expriment en langues autochtones leurs points de vue concernant leurs savoirs et leurs pratique. Dans la perspective d’enrichir et de commenter les vidéos portant sur des faits culturels, nous avons également tourné divers films de recherche et de réflexion concernant ces évènements culturels, qu’il s’agisse de conférences, colloques, cours et entretiens avec des chercheurs ou spécialistes.

Diablada, danse andine - Fête de la Vierge d'Urcupiña, Quillacollo, Bolivie

Méthode de travail : l’approche anthropologique et l’enquête ethnographique

Notre méthodologie scientifique repose sur l’approche anthropologique, qui se fonde sur l’enquête ethnographique de terrain, nous permettant à la fois de constituer notre corpus d’étude, d’élaborer nos interprétations à son sujet et d’identifier les principaux sujets dont traite notre portail. L’approche ethnographique, à travers la description, l’observation participante, la pratique d’entretiens et la réalisation d’enregistrements audio et vidéo des activités quotidiennes et des manifestations festives permet de considérer l’ensemble des pratiques et des représentations de la communauté concernée : les activités économiques, politiques, sociales, les croyances, et la vision que les acteurs portent sur leur environnement social, naturel et surnaturel.

De mars à octobre 2011, nous avons mené nos enquêtes de terrain en milieu urbain et dans les communautés rurales de la région de Cusco (Pérou) et de Cochabamba (Bolivie), afin de réaliser divers documents filmiques sur le patrimoine vivant des populations andines. Nous avons ainsi recueilli de précieux témoignages, en espagnol et en quechua, concernant des traditions orales, des savoir-faire, des connaissances et pratiques traditionnelles, des fêtes ou encore des rituels.

  • Description et observation participante

Notre enquête a essentiellement consisté à nous immerger auprès des porteurs de traditions locaux en milieux urbain et rural, afin de décrire leurs activités et d’assister à l’ensemble des pratiques sociales et manifestations festives, pour en comprendre le rôle et la symbolique dans la vie sociale locale.

  • Méthode d’entretiens

Nous avons mené de nombreux entretiens en quechua et en espagnol auprès de différentes personnes en ville et dans les communautés: individus, artisans, musiciens, danseurs, spécialistes, anthropologues, etc., de manière individuelle et collective. Notre méthode d’entretien repose sur la mise en place d’un guide d’entrevue ouvert, adapté à la personne interrogée et la réalisation d’un entretien enregistré sous la forme d’une conversation, sans limite de temps ni de sujets, de manière à laisser libre court aux commentaires et aux points de vue de l’interviewé.

Entretien collectif - Ccachin, Lares, Cusco

Méthode de recueil : collecte, indexation et sauvegarde des données

  • Collecte des données

Pour le recueil de nos données de terrain, nous utilisons un matériel d’enregistrement numérique audio et audiovisuel, ainsi qu’un appareil photographique afin de constituer notre corpus de données et de pouvoir en rendre compte de la manière la plus fidèle et la plus exhaustive possible dans le cas de la diffusion des résultats de nos recherches. Notre choix de matériel a été guidé par nos objectifs de recherche et nos conditions de travail sur le terrain. Nous nous sommes donc décidées pour une caméra numérique AVCHD qui est un nouveau format nécessitant un moindre poids de stockage et permettant l’usage des nouveaux formats de diffusion HD et Blue Ray. Le support d’enregistrement est double : carte-mémoire et disque dur interne (120 Go) offrant à la fois une grande autonomie de tournage et une très grande capacité de stockage.

Entretien individuel filmé - Huama, Lamay, Cusco

  • Indexation et sauvegarde des données

De retour de tournage, la première étape fondamentale consiste à sauvegarder et à indexer les données collectées sur des supports pérennes et selon un système d’archivage logique.

Pour l’indexation des données recueillies, nous avons constitué un registre photographique, audio et vidéo des pratiques culturelles et des entretiens collectés. Afin de rendre compte précisément du contexte de recueil des données, nous avons créé un répertoire écrit, dans lequel nous avons reporté les différentes informations de collecte concernant chaque enregistrement : titre de l’enregistrement, date et lieu précis (avec les coordonnées géographiques), nom de la/des personne(s) interrogée(s), genre/catégorie de l’enregistrement (ex : artisanat) et description courte de la thématique abordée. Nous avons également reporté les données techniques des enregistrements : taille, format, durée.

Dans le but d’assurer une pérennité à nos données, nous avons sauvegardé régulièrement ces documents sur notre ordinateur et sur différents disques durs externes, placés dans des lieux différents, comme il est usuellement recommandé. Par la suite, la sauvegarde de ces fichiers sera également réalisée sur les serveurs de la FMSH, puis –en tant que dépôt légal – dans les locaux de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Une démarche éthique : consentement, coopération et restitution

 Dans un souci de recherche éthique, nous avons mis au point un ensemble de procédures afin de respecter les personnes impliquées, leur langue et leur culture, impliquant à la fois une information préalable détaillée de nos recherches et des objectifs du projet, une coopération avec les personnes, communautés et institutions locales et une restitution de nos données de recherche.

  • Ethique : consentement éclairé

Comme élément préalable à tout enregistrement, la première étape de travail consiste à faire une demande de « consentement éclairé », oral ou écrit, aux personnes ou aux communautés concernées. Le consentement éclairé correspond à une demande d’accord s’accompagnant d’une information préalable concernant les responsables du projet, les objectifs et finalités de l’enquête, les types d’actions menées (enregistrements, transcriptions, traductions, etc.) et le traitement futur des données collectées (archivage, diffusion, mise en ligne, etc.). L’information et la demande de consentement doivent évidemment être adaptées à la fois aux objectifs de l’enquête, aux objets à collecter et aux personnes concernées, en prenant notamment en compte leur langue et leur mode de communication (en l’occurrence quechua et/ou espagnol, écrit et/ou oral) et leur mode d’organisation sociale (individuel ou collectif).

Afin de travailler dans un cadre formel, nous avons choisi de développer un modèle écrit de formulaire de consentement se présentant sous la forme de différentes alternatives, matérialisant des choix véritables pour l’enquêté, libre d’accepter ou de refuser certaines modalités de diffusion des données (par exemple accord donné pour la mise en ligne mais pas pour la description de la vidéo)[1]. Ce modèle de contrat et sa signature ont également été adaptés à une vision collective, laissant la possibilité aux personnes impliquées de signer collectivement à travers un représentant ou par un ensemble de signatures individuelles. Lorsque la signature d’un contrat écrit n’est pas possible, l’accord se pratique oralement dans la langue des locuteurs et selon les mêmes termes que le modèle écrit. Cet accord oral est si possible enregistré sur un support numérique afin de le conserver au même titre qu’un document papier.

Demande collective de consentement - Quishuarani, Lares, Cusco

  • Coopération

La première étape de consentement éclairé est également essentielle pour impliquer concrètement les personnes concernées dans l’élaboration de notre projet de recherche. Dans la perspective d’une recherche-action, nous travaillons le plus possible en collaboration avec les structures locales : groupes sociaux (familles, communautés paysannes), institutions culturelles et scientifiques (ONG et centres de recherche locaux, Institut National de la Culture péruvien, Université de Cuzco), en participant à des programmes ou projets locaux (par exemple : le programme Qhapaq ñan de l’INC)[2].

  • Restitution des données

Dans le cadre d’une recherche réciproque, nous nous sommes également engagées à restituer le matériel recueilli auprès des personnes ou des groupes concernés, sous la forme de DVDs édités ou de fichiers vidéo bruts. Cette action permet ainsi aux populations de disposer des données les concernant et de pouvoir les ré-exploiter dans le futur, dans le but de réaliser leur propre édition, de faire la promotion de leur patrimoine ou encore de créer des archives locales. Le don du matériel vidéo fait également partie du formulaire de consentement, engageant ainsi le chercheur à contribuer à la patrimonialisation locale des savoirs.

 

Quelques exemples de vidéos…

  • Au Pérou

Au Pérou, nous avons par exemple recueilli des vidéos concernant:

-un rituel de marquage et de fertilité aux lamas (camélidés andins), pratiqué dans les communautés paysannes de haute altitude, au pied du massif de l’Ausangate.

Rituel de fertilité aux lamas - Ausangate, Cusco

-les différentes techniques de tissage dans les communautés paysannes de l’Ausangate, Cusco.

Tissage - Ausangate, Cusco

 

-les pratiques musicales de la lawata (flûte andine jouée pendant l’époque du carnaval) dans la région de Lamay, Cusco .

Musicien lawata - Huama, Lamay, Cusco

  • En Bolivie

En Bolivie, nous avons filmé:

-un entretien avec un luthier spécialiste des charangos (instrument à cordes andin originaire de Bolivie), nous expliquant les différentes étapes de confection, ainsi que les variétés de charango existant en Bolivie, à Cochabamba.

Entretien avec un luthier de Charango - Cochabamba, Bolivie

- la performance de différentes traditions orales (contes, chants et devinettes) en langue quechua, à Quillacollo, Cochabamba.

- des traditions culinaires, comme le Charque, technique andine de conservation et de préparation de viande séchée, à Quillacollo, Cochabamba.

Il existe encore bien d’autres vidéos. Nous décrirons ainsi plus en détail notre corpus audiovisuel dans notre prochain article qui sera consacré à la sélection du corpus audiovisuel et à l’identification de nos catégories d’analyse pour la bibliothèque de description de notre portail PCIA.


[1] Voir documents : « Form_ASA_Valerie_fr » et « Form_ASA_Valerie_es » sur le site : semioweb.msh-paris.fr:8080/site/projets/logasa/spip.php?rubrique29
[2] Le programme « Qhapaqñan » est chargé de répertorier, de restaurer et de valoriser les différents chemins incas existant au Pérou, afin qu’ils soient reconnus « Patrimoine mondial de l’humanité » par l’UNESCO. Nous avons ainsi collaboré dans le recueil et la mise en valeur des traditions orales quechuas accompagnant les vestiges archéologiques de ces chemins.

Valérie Legrand

Doctorante en anthropologie et chargée de cours de quechua à l’INALCO, ses recherches portent sur la poésie chantée en langue quechua au Pérou en tant que patrimoine culturel et mode d’apprentissage. Elle participe actuellement aux travaux de recherches du projet ASA-SHS à travers l’élaboration d’une vidéothèque culturelle et pédagogique concernant la culture andine et la langue quechua (traditions orales, musiques, fêtes, rituels, savoirs et savoir-faire, etc.), mettant en valeur le témoignage des acteurs locaux. En 2011, elle est partie 7 mois sur le terrain dans la région de Cuzco au Pérou et à Cochabamba en Bolivie pour réaliser ses recherches et enrichir ses archives audiovisuelles.

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Actualités / News, Ateliers ASA / ASA Workshop, Atelier PCIA

4 commentaires pour “ Méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel à visée anthropologique – Portail sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA) ”

  1. […] vous pouvez toujours aller consulter son site scientifique et ses publications sur le portail : http://asashs.hypotheses.org/998, concernant les méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel à visée […]

  2. Océane le 18/10/2011 à 14:09

    Bonjour,
    Merci pour cet article vraiment intéressant! Je suis surprise de voir que vous confiez des sauvegardes de vos documents audiovisuels au titre du “dépôt légal” à la BnF. Il me semblait que le dépôt légal à la BnF était réservé aux documents publiés (en France)? Quels sont les documents que vous “entreposez” à la BnF ? S’agit-il de photographies, de documents sonores, ou encore de documents audiovisuels, des trois? S’agit-il des sauvegardes ou des versions éditées tirées de vos enregistrements de terrain? Enfin, à quel(s) service(s) de la BnF les déposez vous?
    Merci d’avance de votre réponse et merci encore de votre témoignage!

  3. marc h. piault le 18/10/2011 à 11:48

    Propos très passionnant et qui expose – me semble-t-il – d’une certaine façon les principes mêmes de toute bonne enquête en anthropologie utilisant , notamment l’audiovisuel. Je suis personnellement très intéressé par tout cela et souhaiterais savoir quelles sont vos propositions de diffusion (autres que l’accès internet à la fois universel mais- pardonnez-moi- encore relativement réservé et pas toujours adapté (notamment pour les discussions, même en communications directes et collectives). À tout le moins quand, où et comment pourrait-on avoir accès à vos documents ?
    Enfin, j’apprécie beaucoup votre discrétion mais serait-il possible d’avoir quelques noms d’interlocuteurs possible ?
    Merci d’avance pour votre bonne attention
    mhp

    • Valérie Legrand-Galarza le 20/10/2011 à 15:32

      Cher Monsieur Piault,
      Au sujet de la diffusion de mes recherches et de mon corpus, je travaille à l’aide de différents médias et supports (vidéos, photos, enregistrements audios, supports textuels). Travaillant sur du patrimoine vivant, le média audiovisuel est celui qui permet d’en rendre compte de la manière la plus exhaustive possible et d’autre part, un portail internet est le support le plus répandu, facile d’accès et le moins cher pour accéder à ces vidéos, au Pérou comme ailleurs. Cela est d’autant plus vrai pour les zones rurales du Pérou qui sont dépourvues de toutes bibliothèques ou lieux d’archive, alors qu’internet est de plus en plus présent dans les zones isolées.
      D’autre part, comme je le mentionne dans l’article, je crée des copies DVD des évènements enregistrés que je donne aux personnes sur place. Dans les zones rurales, les gens ont parfois accès à des lecteurs DVD, soit à l’école, soit dans des restaurants des centres peuplés proches.
      Lorsque les personnes n’ont pas accès à un lecteur DVD, je fais visionner en groupe le film avec mon propre matériel (j’emporte alors mon ordinateur portable sur le terrain), et je laisse de toute façon une copie DVD. Ce genre d’opportunités permet justement de créer de nouvelles discussions autour des patrimoines filmés, ce qui permet d’obtenir des commentaires très intéressants que je prends en compte pour l’analyse de mes vidéos. Ces commentaires, issus du visionnage de la vidéo constituent en effet des éléments d’information complémentaires à ceux recueillis lors du tournage.
      Un de mes futurs objectifs consiste d’ailleurs à mettre en place un centre culturel à Cusco pour former les personnes à l’usage des technologies audiovisuelles et d’internet afin qu’ils aient accès plus facilement aux informations et qu’ils puissent mettre au point leurs propres archives locales. Ce centre aura aussi comme vocation de discuter de différents thèmes en lien avec le patrimoine vivant, en créant un échange entre public, praticiens et spécialistes. Ce projet est en cours, évidemment il me manque actuellement les principaux financements.
      Les éléments de ma recherche seront diffusés sous forme d’articles, en français, anglais et espagnol et sous la forme de ce portail audiovisuel, qui sera ouvert à partir de décembre 2011 et qui sera régulièrement enrichi par de nouvelles vidéos (Vous serez tenu au courant à travers les carnets d’Hypothèses).

      Au sujet de mes interlocuteurs, je ne les ai pas mentionnés dans cet article sur Hypothèses qui résume simplement les méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel. En revanche, comme je le mentionne dans le paragraphe concernant l’éthique, je cite mes interlocuteurs dans les vidéos et dans les commentaires accompagnant les vidéos, puisqu’il existe des mentions légales à ce sujet.

      J’ai essayé le plus possible de développer des procédures éthiques et participatives. J’ai ainsi investi une grande partie de mes recherches à réfléchir à ces questions, puis à mettre en place les solutions qui me paraissaient les plus adaptées dans mon travail de terrain. J’aimerais beaucoup que l’électricité soit présente dans tous les villages des Andes, mais ce n’est pas le cas. J’ai donc décidé de diffuser mes recherches sur le support qui me paraissait, mais aussi aux personnes locales, le plus adapté.

      J’espère avoir répondu à vos questions.
      Cordialement.
      Valérie Legrand-Galarza.

Laisser un commentaire

Les archives audiovisuelles : description, indexation et publication

Les archives audiovisuelles : description, indexation et publication

Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques

Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques

Analyse des contenus audiovisuels : métalangage et modèles de description

Analyse des contenus audiovisuels

Carnets de recherche