Archives de catégorie : Ressources ASA

Présentation, description et évolution des outils réalisés dans le cadre du projet ASA-SHS.

La communication scientifique de l’Atelier Des Arkéonautes sur la plateforme SlideShare (2)

La communication scientifique de l’Atelier Des Arkéonautes sur la plateformeSlideShare  :de la conception à la diffusion (2)

 [Jirasri DESLIS]

Suite à notre premier article 

Argumenter, c’est communiquer[1] 

Dans cet article, nous continuons d’argumenter, voire justifier, l’importance des diaporamas comme support de communication des connaissances et les enjeux de la diffusion de ce média sur la plateforme SlideShare dans notre démarche de communication scientifique via les réseaux sociaux.  

Rappel : nous sommes entrain d’analyser la conception narrative des diaporamas de nos interventions à l’Ecole des Hautes d’Etudes en Sciences Sociales et à l’Ecole du Louvre (Cf. : diaporamas en bas).

La communication scientifique via les réseaux sociaux Etude de cas : l’Atelier Des Arkéonautes
Multimédia, nouvelle orientation après l’Ecole du Louvre
« Diapo ADA-EHESS »
« Diapo ADA-EDL »

 I.  Contexte et conception     

   2. Conception et Mise en œuvre 

  •  Le « Diapo ADA-EHESS »  

Médias sociaux pour la veille d’informations : agrégateur de contenu Netvibes et plateforme de curation de contenus Scoop.it 

La suite de notre scénario du « Diapo ADA-EHESS » concerne les plateformes de la veille d’informations, agrégateur de contenus Netvibes (Cf. Figure 1, pp. 27-30) et plateforme de curation de contenus Scoop.it (Cf. Figure 1, pp. 31).

 Figure 1   Troisième partie du “Diapo ADA-EHESS”  concernant Netvibes et Scoop.it 

Pour décrire visuellement les fonctionnalités de «Netvibes des Arkéonautes», nous avons créé la trame de narration par la simulation de la navigation successive sur différents onglets de cette plateforme. (Cf. Figure animée 2). En circulant d’un diaporama à l’autre, l’intervenant peut commenter toutes les stratégies de la collecte (voire le positionnement par rapport aux acteurs existants) et de la classification de telle ou telle information, destinée à quel type de public. Et l’audience peut suivre concrètement cette mise en scène de la communication sans être noyée dans la masse d’information. Quant à la plateforme de curation Soop.it « Archéologie et Patrimoine » (Cf. Figure 3), nous avons choisi de la présenter par une seule image de capture d’écran en raison de la simplicité des interfaces proposées par cette plateforme. Le commentaire oral avec l’argumentation par la comparaison entre les points forts et les points faibles de cette plateforme et Netvibes nous semble suffisant et pertinent pour transmettre notre message auprès de l’audience.

Figure 2 : Images animées montrant la trame de la narration par la simulation de la navigation des différents onglets de Netvibes 

 

Figure 3 :  Troisième partie du “Diapo ADA-EHESS”  concernant la présentation visuelle de Scoop.it, enrichie par l’argumentation de la comparaison avec Netvibes

Plateforme communautaire : Communauté Louvre

Le scénario narratif de cette partie contient quatre pages de diaporamas (Cf. Figure 4). La ligne conductrice a été choisie selon la logique de la présentation de « soi », donc la page profil sur cette plateforme (cf. Figure 4, p. 32) et les apports que nous y fournissons en rapport à toutes les possibilités offertes par Communauté Louvre. Par exemple, notre action collaborative est de mettre à disposition sur cette plateforme nos ressources audiovisuelles dont les thématiques concernent l’histoire de l’art et l’archéologie. Et nous les avons marquées avec les mêmes mots clés que ceux utilisés par le Louvre pour indexer ses ressources (les photographies et les notices des œuvres du musée). De cette façon, nos ressources peuvent apparaître avec les ressources du musée lors de la requête par les utilisateurs de la plateforme. Les ressources du musée seront ainsi enrichies et contextualisées par nos documents audiovisuels. (cf. Figure 4, p. 33). Pour illustrer ce propos, nous avons utilisé deux captures d’écran. La première présente un extrait de vidéo, accompagné par notre travail de description et le lien URL invitant les internautes à venir consulter l’ensemble de la vidéo sur notre portail officiel. La deuxième présente les résultats de recherche par un mot clé montrant nos vidéos et les ressources du Louvre. Les deux derniers diaporamas (cf. Figure 4, pp. 34-35) exposent la création du groupe de discussion, Groupement de la relation entre Les Arkéonautes et la Communauté Louvre. Cet espace invite en effet les membres du groupe à participer au jeu « A la recherche des œuvres du Louvre » sur la plateforme Communauté Louvre, grâce aux indices fournis par nos ressources audiovisuelles.[2]

 

 Figure 4 : Troisième partie du “Diapo ADA-EHESS” concernant la Communauté Louvre

La quatrième partie de notre intervention s’intitule « Perspectives nomades » (Cf : Figure 5, pp. 36-38) montrant les avantages dans la mobilité offerts par les médias sociaux. Comme dans les trois autres parties, cette partie est précédée par une image extraite de notre collection audiovisuelle. Néanmoins, le choix iconographique s’est fait spécifiquement avec la stratégie d’introduction du « sens de l’humour» inattendu pour accrocher l’attention de notre audience et rendre l’ambiance dans l’atelier de discussion plus détendue. En effet, l’image choisie présente une scène de reconstitution du campement des peuples nomades dans la période de la préhistoire. Elle est également accompagnée par le texte du titre de la quatrième partie. Dans cette situation, la perception de notre audience a été perturbée car les messages livrés depuis le début de notre intervention donne l’impression ou crée l’« image » de la nouvelle technologie du 21ème siècle, loin de la représentation iconographique d’un peuple préhistorique. L’inspiration de ce mécanisme de communication est née en effet de la campagne publicitaire d’Apple dont le thème est l’utilisation de l’iPad sur un site de fouilles archéologiques à Pompéi. [3] (Cf : Figure 6) La suite de notre intervention, retour à la l’ « image » de la nouvelle technologie du 21ème siècle, matérialise concrètement et visuellement l’usage de nos ressources via les terminaux et téléphones mobiles (iPod et les Smartphones) par une série des images de ces appareils. (Cf. Figure 5, pp. 37-38)

 

Figure 5 :  Quatrième partie du “Diapo ADA-EHESS” concernant les avantages de la consultation mobile de nos contenus mis à disposition via les médiaux sociaux

 

 Figure 6 : Une série de photographies de la campagne de l’iPad

La cinquième partie concerne la conclusion de nos expérimentations (cf. : Figure 7, pp. 39-42). Après l’image d’introduction de cette partie, les médias textuels ont été retenus comme  mode de représentation de notre message. Néanmoins, ils sont choisis et réécrits avec simplicité et mis en espace avec légèreté afin de faciliter l’audience pour la mémorisation de notre discours. Le système de couleurs pour créer le contraste (orange et blanc) a été utilisé également pour accrocher les yeux des récepteurs. (cf : Figure 7, pp. 40-41) Enfin, le dernier diaporama invite notre l’audience à consulter  la publication des travaux de notre laboratoire comprenant le sujet de notre intervention, par l’image de la couverture du livre (au moment de la diffusion de ce diaporama sur SlideShare, le lien URL a été également inséré afin d’inviter les internautes à consulter le résumé et les tables de matières du livre chez l’éditeur). Le graphique montrant les liens créés (grâce aux médias sociaux) autour du Logo de l’ADA, utilisé sur le premier diaporama, a été placé sur le dernier « slide » au même endroit de la page comme objet de rappel du sujet de notre intervention.

Figure 7 : Cinquième partie du “Diapo ADA-EHESS” concernant la conclusion 

  •  Le « Diapo ADA-EDL »  

Le « Diapo ADA-EDL », intitulé Atelier Des Arkéonautes : collection, indexation, republication et communication, a été conçu pour une intervention de 10 minutes à l’occasion de la table-ronde « Multimédia, nouvelle orientation après l’Ecole du Louvre », organisée par l’Association Ecole du Louvre. Cet événement propose en effet aux étudiants de l’Ecole du Louvre d’écouter les témoignages professionnels des anciens élèves. Le « Diapo ADA-EDL » est ainsi destiné aux étudiants qui souhaitent orienter leur carrière vers le multimédia.

La trame de la narration de ce diaporama est de montrer l’enchaînement synthétique de notre métier. Avec un temps limité d’intervention (10 minutes), nous avons préparé ainsi 10 pages de diaporamas. (Cf. Figure 8). Nous gardons la même ligne d’identité visuelle que le « Diapo ADA-EHESS », marron foncé pour le fonds et deux couleurs pour les informations textuelles (orange et blanc).


Figure 8:  Ensemble du « Diapo ADA-EHESS »   (Voir avec le zoom)

Comme l’indique le titre de notre « Diapo ADA-EDL », les contenus montrant plusieurs aspects des missions de notre Laboratoire  se divisent en cinq parties :

  • Promotion de nos collections audiovisuelles sur le portail actuel (cf : Figure 8, pp. 2-3) ;
  • Indexation de nos collections (cf : Figure 8, pp. 4-5) ;
  • Republication du nouveau portail (cf : Figure 8, p. 6) ;
  • Communication à la fois auprès des plateformes scientifiques (cf : Figure 8, p. 7)  et des médias sociaux (cf : Figure 8, pp. 8-9) ;
  • Publication des travaux des résultats de recherches de notre laboratoire sous la forme d’ouvrages scientifiques (cf : Figure 8, p. 10).

« Anatomie » en profondeur du « Diapo ADA-EDL »

Ouverture du discours  

Nous exploitons pleinement l’utilisation de l’image extraite d’une vidéo de notre collection comme page de couverture de notre discours. Tous les sujets abordés pendant notre intervention sont synthétisés sous la forme de titre du diaporama. Quant à la composition de tous les éléments (texte, image, graphique), nous appliquons les règles des tiers ou « Golden ration » en photographie et en peinture. Un graphique portant le message de la relation entre notre portail et d’autres médias sociaux (une des spécificités de l’expérimentation de notre laboratoire) a été placé à une position clé au dessus du texte « Atelier des Arkéonautes », pour capter l’attention. (Cf: Figure 9)

Figure 9 : Diapo « ADA-EDL », la première page montrant la synthèse textuelle de l’intervention et (gauche) et la composition des différents des éléments sur la page

Collection

La séquence suivante résume à la fois les différentes fonctionnalités du portail actuel et la navigation dès la page d’accueil jusqu’aux ressources audiovisuelles (Figure 10). La première page de cette séquence de communication contient simplement une capture d’écran de notre page d’accueil montrant une vue rapide des différentes rubriques (Figure 10, p. 2, gauche) :

– Au milieu de la page, les rubriques regroupent la collection de nos vidéos, les espaces d’information des actualités de l’archéologie sous forme de divers médias. Par exemple, la cartographie des Missions de terrains du laboratoire « Orient et Méditerranée » (notre partenaire), les vidéos invitées[4], l’invitation à une visite virtuelle panoramique 360° des sites archéologiques[5]) etc. ;

– A gauche de la page,  plusieurs fonctionnalités sont prévues. Par exemple,

 — les outils d’aide à la lecture multilingue de nos travaux de description  (Google traduction),

 — l’aide à la navigation aux ressources audiovisuelles par la vidéothèque (accès par domaines et disciplines à travers un moteur de recherche avancé, accès par différents types de collection – entretiens, séminaires, colloques, reportages, documentations audiovisuelles, accès par les langues originales des vidéos et accès par acteurs),

— les applications de tous les réseaux sociaux et du téléphone mobile.

Quant à la page suivante, elle contient deux captures d’écran. La première (Cf : Figure 10 p. 3, à gauche) présente la page de couverture contenant l’image extraite de la vidéo et les descriptions multilingues. La deuxième (Cf : Figure 10 p. 3, à droite) montre alors la page Vidéo pendant la consultation. Elle résume une des spécificités des travaux de notre laboratoire, la possibilité de segmenter la vidéo en différents chapitres permettant d’accéder aux contenus précis à l’intérieur du document audiovisuel. Cette capture d’écran décrit également la possibilité d’obtenir la traduction synthétique du segment en cours de consultation.

Figure 10 : Diapo « ADA-EDL »,  page 2 (gauche) montrant les différentes rubriques et fonctionnalités de la pages d’accueil du portail officiel ADA et page 3 (droite) montrant la page de couverture de la vidéo et la page vidéo en cours de consultation

Indexation 

Une fois la présentation du « Front Office » (le portail public de l’ADA) évoquée auprès des étudiants, nous continuons de montrer une autre mission, type « Back Office » de notre laboratoire. Cette séquence de communication comprend deux pages montrant une des fonctionnalités de l’Atelier de description du Studio ASA (Cf : Figure 11). Nous avons choisi de présenter un des points forts de cet atelier de travail, la description et l’indexation des objets visuels d’un document audiovisuel [6]. Pour illustrer ce discours, nous avons préparé une capture d’écran montrant une mise en situation d’un analyste face à l’interface de cet atelier de travail (Cf : Figure 11, p. 4). Cette capture d’écran présente, à gauche, différents segments de la vidéo et, à droite, un formulaire spécifiquement créé pour la description et l’indexation des plans visuels de chaque segment. La page suivante (Cf : Figure 11, p. 5) montre l’action successive de la part de l’analyste dans le cas où il doit indexer ce segment. La petite fenêtre présentant l’organisation hiérarchique des différents types des objets visuels  s’affiche ainsi.

Figure 11 : Diapo « ADA-EDL »,  pages 4 (gauche) et 5 (droite), montrant l’interface de l’environnement de notre travail d’indexation  

Pour plus d’informations concernant les différentes possibilités d’indexation de cet atelier de travail, nous vous suggérons de consulter l’article relatif à l’indexation sonore, intitulé Expression sonore et Atelier de Description ASA, dans notre carnet.

Republication 

Une autre mission, type « back-office », au sein de notre laboratoire est le design des interfaces du nouveau portail de l’Atelier Des Arkéonautes. Une capture d’écran de la maquette (première version) de la conception graphique et fonctionnelle, outil interne servant pour le développement, a été choisie pour illustrer ce propos. De cette façon, les étudiants (notre audience) peuvent apercevoir rapidement l’enchaînement de notre travail. En effet, la republication pour le nouveau portail est le fruit de la phase d’indexation des nos ressources audiovisuelles existantes. Elle permettra aux futurs internautes d’accéder aux ressources pour multiples d’accès : thématiques, géolocalisation,  genres, participants, plans visuels, plans sonores et thésaurus…[7]

Figure 12 : Diapo « ADA-EDL » page 6 montrant la maquette des interfaces du nouveau portail de l’Atelier Des Arkéonautes (en cours de développement) 

Communication

Une dernière mission que nous souhaitons présenter aux étudiants de l’Ecole du Louvre est la communication, action d’accompagnement tout au long de notre projet de recherche. Nous présentons simplement une partie de cette mission, visible via les différents types de plateforme, hors d’autres types d’actions  tels que l’intervention orale dans divers colloques et l’envoi des informations par voie traditionnelle (emails etc).

Figure 13 : Diapo « ADA-EDL » page 7, 8 et 9 montrant l’action de la communication via les plateformes de publication scientifique et divers types de médias sociaux

Le premier diaporama concernant cette mission présente notre article sur les résultats de recherche de notre laboratoire sur l’ Hypothèse.org, plateforme scientifique internationale rassemblant plus de 250 carnets et blogs de recherche de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (Cf. Figure 13, page 7). Le diaporama suivant montre une synthèse de notre action de communication via des médias sociaux sous la forme du logo de notre portail ADA entouré par d’autres logos des médias sociaux expérimentés (Cf : Figure 13, page 8). Ce diaporama a été utilisé lors de notre intervention spécifique sur ce sujet à l’EHESS.  Nous avons saisi cette occasion pour introduire un nouveau type de communication en directe via la plateforme Livestream dans le dernier diaporama pour illustrer également notre discours (Cf : Figure 13, page 8). Ce diaporama contient en effet la capture d’écran de la chaîne « Orients & Méditerranée », projet élaboré entre notre laboratoire et le laboratoire Orient et Méditerranée, UMR 8167, CNRS. Cette chaîne a été créée et animée par notre équipe pour la diffusion en direct du Café des Sciences, organisé par notre partenaire, sous le thème « La chimie, une science qui ne s’est pas constituée dans histoire », à l’occasion de la Fête de la Science 2011, le 13 octobre dernier.

Invitation aux ressources supplémentaires. 

Après avoir présenté tous les aspects de notre métier, nous avons clos notre intervention par l’invitation à consulter les publications de nos travaux de recherche par deux couvertures des ouvrages collectifs, intitulé Les Archives audiovisuelles : description, indexation et publication et Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques. Cette conclusion montre également aux étudiants un aspect obligatoire de l’achèvement du métier scientifique !

Avec un souci d’adaptation de notre discours à nos différents publics, la conception de ces deux diaporamas (Diapo ADA-EHESS et Diapo ADA-EDL) est le témoin concret  de la préoccupation première de notre laboratoire dans la démarche de la communication scientifique. La question se pose ainsi dans le travail de la diffusion et le partage de tels supports de connaissances.  

Dans le prochain numéro, nous discuterons des stratégies de diffusion de ces diaporamas à la fois sur la plateforme de SlideShare et sur d’autres médias sociaux. Comment faire connaître ces supports? A qui s’adresser ? Quels sont les résultats concrets, les « Feedbacks » ? Existe-t-il les indicateurs pour les mesurer ?…..A bientôt !

Si vous aimez cet article, soutenez-nous par cliquer sur  “J’aime” >>    

et suivez-nous  sur  Twitter >>  .


[1] Breton P., L’argumentation dans la communication, La Découverte, Paris, 2006, p. 18

[2] Pour connaître le mécanisme de ce jeu, Cf. DESLIS J., « Usage des agrégateurs de contenus et des réseaux communautaires ». in. STOCKINGER P., Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, LAVOISIER, Paris, 2011

Nous présentons très sincèrement le grand regret de la clôture officielle de cette plateforme, annoncée  le 15 octobre denier. En espérant pouvoir recommencer une expérimentation collaborative pour le partage des connaissances avec le Louvre.

[3]  Cf : http://www.france-ipad.net/2010/09/apple-fait-sa-pub-avec-des-archeologues.html (RIP Steve Jobs).

[5] Par exemple, la visite virtuelle du site archéologique Ban Chiang, Thaïlande, classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Cette visite a été également contextualisée par les informations fournies par le Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO

[6] Cf : DE PABLO E. et DESLIS J., “L’analyse de l’expression audiovisuelle”, in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Les archives audiovisuelles : Description, indexation et publication, Hermès,  Londres, 2011

[7] Cf: DESLIS J., « Maquette d’une publication audiovisuelle sous forme d’un portail web », in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Les archives audiovisuelles : Description, indexation et publication, Hermès,  Londres, 2011

Expression sonore et Atelier de Description ASA

Expression sonore & Atelier de Description ASA 

[Jirasri DESLIS ]

Démarrez ces vidéos…l’une après l’autre ou toutes en même temps….Ecoutez-les attentivement. Femez vos yeux, si vous le souhaitez ! 

Qu’entend-on?

Baguettes de tambour, «Patrimoine mondial…», chants, vagues, «Intangible Cultural Heritage», xylophone, acclamations, «UNESCO», guitare, «Humanité», piano, «Richesse», percussion, «..Expression..», orgue, tempête, «Google», foule, «…Globalisation…Safeguarding Plan…», applaudissements, «…ils ont des objets volés entre leurs mains…»………………………..[Vous pouvez arrêter la lecture et commençons notre analyse.]

Que sont ces sons? Quelles typologies ? Comment les décrire ? Comment les localiser et indexer pour leur réutilisation? Existe-t-il une modélisation d’organisation de ces informations ?…

Ces problématiques sont au centre de notre projet de recherche. En effet, l’Atelier de description du Studio ASA, prévoit une fonctionnalité pour la description des plans sonores des documents audiovisuels. Nous allons le démontrer par une simulation de l’usage de cette fonctionnalité dans notre Atelier de Description.

En choisissant l’onglet « Plan acoustique », l’analyste accède à la fonctionnalité pour décrire ce type d’information à la fois au niveau de la vidéo et au niveau des segments de vidéo (Illustration A).

 

 Illustration A : Onglet « Plan acoustique » de l’Atelier de Description

Pour commencer à faire une description du plan acoustique, l’analyste doit d’abord remplir le premier champ du type d’objets acoustiques en actionnant le bouton à droite du champ (Illustration B). La nouvelle fenêtre propose ainsi l’arborescence des plans acoustiques.

  Illustration B : Onglet « Plan acoustique » et l’arborescence des types d’objets acoustiques (Premier plan)

La typologie des objets sonores est divisée en deux grandes catégories : « objets sonores à thème » et « objets sonores fonctionnels ». Les objets sonores à thème comprennent trois grands types d’objets : la Parole (à identifier selon le genre du locuteur, son identité sociale, le contexte social et sa fonction diégétique), la Musique (intrumentale et vocale), le Bruit (de la vie courante, du milieu naturel, social et technique) et le Soundscape (le son ambiant). Quant aux objets sonores fonctionnels, ils regroupent six objets : le son clé, l’illustration sonore, le générique sonore, la virgule sonore, l’insert sonore et enfin le son post-produit (Illustration C).

 Illustration C: Typologies des objets sonores

Pour indexer les éléments sonores, l’analyste doit choisir l’un de ces objets. Il peut ensuite préciser la nature exacte de cet élément dans les deux champs libres [objets acoustiques] et [commentaires] qui servent respectivement à nommer et à contextualiser l’objet identifié (Illustration D). Concrètement, l’indexation de l’objet acoustique « Musique instrumentale », pourra être suivi du nom d’un instrument comme, par exemple, [piano] et de la contextualisation de celui-ci [piano soliste].

 Illustration D: Formulaire du plan acoustique 

Lorsque l’analyste identifie la typologie et décrit la nature d’un objet acoustique, il peut également indexer les techniques de réalisation associées à cet objet (Illstration E). Les techniques de mise en son se répartissent en quatre grandes catégories :

– reproduction du son : son mimétique et son subjectivité (son atténué, son coupé, son déformé et son recouvert) ;

– technique d’expression du son : hauteur du son, intensité sonore et timbre sonore ;

– plan sonore : plan sonore d’ensemble, plan sonore moyen, gros plan sonore et très gros plan sonore ;

– effet sonore : ambiance sonore (ambiance mimétique, diégétique, thème sonore et leitmotive sonore)  et transition sonore ;

– durée du plan sonore. 

Illustration E: La sous-rubrique « Plan Acoustique » dans l’Atelier de description sémiotique –  analyse de la technique acoustique pour mettre en scène un objet/une situation pro-filmique

* Nous remercions très sincèrement  l’UNESCO et Google France  pour la mise à disposition de ces vidéos sur leur chaîne YouTube (UNESCO, Google France) sans lesquelles nous n’aurions pu mener cette expérimentation sonore.

Vidéos utilisées (de gauche à droite) : 

-Première ligne : La procession dansante d’Echternach | Le chant polyphonique géorgien | Les fêtes de Gióng des temples de Phù Ðông et de Sóc

-Deuxième  ligne : Partenariat Google UNESCO | Why safeguard intangible cultural heritage ? | Médina de Fès

 – Troisième ligne : Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique | La lutte contre le trafic illicite biens culturels | Alliance globale pour la diversité  culturelle de l’UNESCO 

Cf: DE PABLO E. et DESLIS J., “L’analyse de l’expression audiovisuelle”, in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Les archives audiovisuelles : Description, indexation et publication, Hermès,  Londres , 2011

A consulter : https://www.slideshare.net/atelierdesarkeonautes/les-archives-audiovisuelles-description-indexation-et-publication | http://asashs.hypotheses.org/161

Si vous aimez cet article, soutenez-nous par cliquer sur  “J’aime” >>   

et suivez-nous  sur Twitter >>  .

________________________________________

NB: Nous démontrerons concrètement l’analyse visuelle et acoustique  de l’Atelier de Description ASA en utilisant le documentaire, intitulé  « From Different Horizons of Rockshelter« , produit sous la direction de Dr. Rasmi SHOOCONGDEJ, Faculté d’Archéologie, Université Silpakorn, Thaïlande, le 5 décembre prochain, à la FMSH, Paris. 

Programme  du colloque ASA : “Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Le Studio ASA ou « Comment s’approprier un “texte” audiovisuel ? »

L’Atelier de segmentation et l’Atelier de description du Studio ASA : Aperçu de quelques procédures et étapes pour la constitution d’un dossier audiovisuel thématique sur les Mille et une nuits

  • Choix des documents  

La sélection des documents s’opère parmi le fonds audiovisuel des AAR (Archives Audiovisuelles de la Recherche) dans le domaine des sciences et études littéraires, selon :

–         la thématique littéraire choisie ;

–         les caractéristiques techniques du document audiovisuel initial ;

–         le genre du document audiovisuel (entretien, conférence, reportage, spectacle, etc.) ;

–         la spécificité sémiotique propre à chaque document audiovisuel (sémiotique du contenu du discours oral, sémiotique visuelle et acoustique).

Trois documents s’avèrent intéressants pour notre dossier : un entretien, une conférence, une adaptation contemporaine d’un conte des Mille et une nuits ; diversité des genres de documents, du contenu.

–         Un entretien sur la littérature arabe classique – du professeur Joseph Sadan (Université de Tel-Aviv) apporte des éléments scientifiques généraux contextualisant historiquement, géographiquement l’apparition puis l’évolution du corpus des Mille et une nuits ;

–         Une conférence sur les Mille et une nuits – d’Aboubakr Chraïbi (spécialiste de littérature arabe, INaLCO) – aborde le sujet sous un aspect particulier, la thématique de l’érotisme à travers différentes traductions du texte ;

–         Une création contemporaine – réalisée par Bruno de Lasalle – donne un exemple contemporain de représentation spectaculaire musicale d’un conte des Mille et une nuits. Il sert à la fois de prétexte à mettre en exergue la structure d’un conte des Mille et une nuits, une structure par enchâssement, et apporte une dimension artistique, musicale, interprétation contemporaine intéressante du point de vue de la sémiotique visuelle et sonore.

  • La Méta-description : le choix éditorial

A l’issue de l’observation des documents, il apparaît que ces trois textes audiovisuels peuvent constituer ensemble un dossier thématique : l’entretien va constituer l’axe central autour duquel les deux autres vont s’articuler, la conférence en tant que focalisation thématique et le spectacle en tant qu’exemplification. Le contexte d’usage et le destinataire du dossier thématique sont spécifiés dans la méta-description.

  • l’Atelier de segmentation du studio ASA : Préparation des documents, contraintes techniques 

Chaque document comporte des caractéristiques techniques voire des contraintes techniques de départ telles qu’essentiellement le chapitrage ou l’absence de chapitrage de la vidéo. Il est parfois nécessaire, pour accéder aux séquences audiovisuelles traitant de la thématique recherchée, de les extraire « virtuellement » à l’aide de l’Atelier de segmentation. C’est l’une des étapes de transformation de la donnée numérique en ressource cognitive.

Fig.1 : La  vidéo-source originale, segmentée

Fig.1 : La  vidéo-source originale, segmentée

Fig.2 : Extraction des  segments relatifs à la thématique des Mille et une nuits dans l’Atelier de segmentation

Fig.2 Extraction des  segments relatifs à la thématique des Mille et une nuits dans l’Atelier de segmentation

Ces deux figures montrent le traitement d’une vidéo depuis son état initial – la vidéo source chapitrée (Fig.1) – puis le résultat de l’extraction des segments (Fig.2), portant sur la thématique choisie, dans l’Atelier de segmentation.

  • L’Atelier de description : description /indexation des documents, contextualisation des termes, focus sur le plan thématique

Le cadre de l’indexation est fourni par le vocabulaire utilisé par le chercheur, l’univers du discours, de la même façon que l’on procède en abordant un texte écrit. La méthode consiste à reprendre systématiquement dans le plan thématique les propositions du discours qui vont contextualiser le mieux possible le corpus littéraire – en relevant des termes, des expressions, des concepts prononcés par le chercheur. Autrement dit de répondre aux questions correspondant au schéma classique dit des 5 W – Who, What, Where, When, Why – Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? (voir Harold Dwight Lasswell (1902-1978), spécialiste américain de la communication de masse, dans sa définition de la communication).

Par ailleurs, les indications historiques, géographiques, socioculturelles données dans l’entretien de Joseph Sadan peuvent être utilisées pour contextualiser chaque terme, expression, concept dans la description/indexation des segments sélectionnés pour la thématique des Mille et une nuits. Chacun est indexé dans un formulaire d’indexation selon des modèles (ressources métalinguistiques) et des scénarios d’analyse (Métalangage de description) de l’Atelier de description.

– On procède de même pour la conférence, sachant que le champ lexical y est plus spécialisé et localisé dans l’espace et dans le temps du fait même de l’orientation thématique spécifique développée dans la conférence.

– L’adaptation théâtrale présente un intérêt sémiotique supplémentaire – sonore et visuel – par rapport à l’entretien et à la conférence, que l’on peut décrire grâce aux schémas d’indexation relatifs aux plans visuels et sonores : description du type de musique – instrumentale, vocale -, des instruments, expressivité du son ; rapport entre récit, rythme du récit et accompagnement musical.

Par ailleurs, il est possible, par exemple, d’indexer chaque mot, chaque expression dans la langue d’origine, telle que le montre la figure 3, ci-dessous :

Fig.3 Exemple d’indexation du titre Mille contes en français et dans la langue d’origine, l’arabe

 Fig.3 Exemple d’indexation du titre Mille contes en français et dans la langue d’origine, l’arabe

L’avantage de cette indexation systématique et extrêmement précise – grâce aux multiples schémas de description propres au domaine littéraire, à la contextualisation des termes, à leur indexation possible en plusieurs langues – est de permettre ensuite à l’internaute d’accéder directement aux passages vidéo correspondant exactement à l’objet de sa recherche…

Cf. CHEMOUNY, M. « L’analyse d’un corpus audiovisuel sur les Mille et une nuits », in STOCKINGER P. (sous la direction de), Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès, à paraître en octobre 2011.

Studio ASA

Le Studio ASA (Atelier de Sémiotique Audiovisuelle) est un environnement numérique de travail pouvant être utilisé dans le cadre de l’analyse et de la publication des ressources audiovisuelles documentant par exemple un patrimoine scientifique ou culturel.

Il est composé de quatre ateliers, inégalement développés actuellement :

1- l’atelier de segmentation permettant de localiser et d’extraire virtuellement les passages les plus importants pour une analyse dans une vidéo,

2- l’atelier de description permettant à l’analyste de décrire l’intégralité d’une vidéo ou tel ou tel passage ou encore des passages bien précis de celle-ci,

3- l’atelier de la publication en ligne ou de republication en ligne des ressources audiovisuelles décrites et analysés préalablement,

4- l’atelier de modélisation permettant au modélisateur de préparer les ressources méta-linguiqtiques nécessaires pour effectuer la segmentation, la description et la publication.

Le studio est expérimenté sur les corpus des ateliers ASA.

Le studio ASA est présenté et décrit dans trois ouvrages actuellement en cours d’impression chez Hermès Sciences Publishing (UK) et ISTE/Wiley and Sons (USA). La parution de ces trois ouvrages en français et en anglais est prévu pour octobre/novembre 2011.

Il sera présenté officiellement lors du colloque ASA-SHS les 5 et 6 décembre 2011 à la FMSH au 190 avenue de France, 75013 Paris.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Francis Lemaitre.

 

Ontologie générique ASA

Dans le cadre du projet ASA- SHS a été développé et expérimenté un méta-langage de description basé sur la sémiotique du document audiovisuel pour décrire et indexer des corpus de vidéos documentant notamment la recherche en sciences humaines et sociales.

Ce méta-langage est composé de trois parties principales :

1- des méta-lexiques hiérarchiques de termes conceptuels décrivant d’une part les domaines d »expertise ASA (représenté par les ateliers du projet ASA-SHS) et d’autre part les procédures de description-indexation,

2- un thésaurus composé d’une part des facettes (dimension sémantique) et d’autre part de quelques milliers de termes contextualisés par les facettes,

3- des modèles de description propre à chacun des ateliers d’expérimentation et intégrés dans le Studio ASA (où ils forment des formulaires dynamiques et interactifs dont se sert l’analyste pour segmenter et décrire des vidéos faisant parti d’un corpus audiovisuel).

L’ontologie ASA est présentée et décrite dans trois ouvrages actuellement en cours d’impression chez Hermès Sciences Publishing (UK) et ISTE/Wiley and Sons (USA). La parution de ces trois ouvrages en français et en anglais est prévu pour octobre/novembre 2011.