Archives par mot-clé : Patrimoine immatériel

Deuxièmes journées ASA-SHS – Publication et diffusion de corpus audiovisuels

Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

 

 

 

 

Deuxièmes journées ASA-SHS :
« La publication et la diffusion en ligne de corpus audiovisuels »

 

 Les deuxièmes journées ASA-SHS portant sur « La publication et la diffusion en ligne de corpus audiovisuels » auront lieu les 18 et 19 décembre 2012 au bâtiment Le France, salles 638-640 (6ème étage) dans les locaux du Réseau Asie, 190 avenue de France, 75013 Paris.

Présentation

Dans le contexte des « digital humanities », la publication personnalisée en ligne de corpus audiovisuels, qui documentent un domaine de recherche, est un enjeu extrêmement important.

La notion de « publication personnalisée » ne recouvre pas seulement la possibilité (offerte à un auteur) de sélectionner les éléments audiovisuels pertinents pour réaliser une publication enligne et de les organiser suivant une charte rédactionnelle. Elle recouvre également toutes les formes de réécriture  individuelle ou collective (du « repurposing ») d’une ressource audiovisuelle « originale » dans le cadre, par exemple, d’un travail collaboratif à distance. Enfin, elle renvoie également à la problématique de la conservation « sélective » de ressources (audiovisuelles) numériques qui  s’adapte aux besoins ou intérêts d’un acteur social (personne physique, institution, …).

En décembre 2011 ont été réalisées les premières journées ASA-SHS (Atelier de Sémiotique Audiovisuelle pour les sciences humaines et sociales). Pendant ces journées – financées dans le cadre d’un projet ANR – (http://asashs.hypotheses.org), ont été présentées un environnement d’analyse et d’indexation de corpus audiovisuels.

Les deuxièmes journées ASA-SHS se proposent à leur tour de présenter un ensemble de recherches et d’applications concrètes qui traitent plus particulièrement la question de la publication en ligne de corpus audiovisuels ainsi que de celle de la réécriture individuelle ou collective (repurposing) de ressources audiovisuelles originales.

Seront présentés et discutés plus particulièrement un CMS (Content Management System) – UMBRACO – redéveloppé par les chercheurs travaillant dans le cadre du Programme « Archives Audiovisuelles de la Recherche » (AAR ; http://www.archivesaudiovisuelles.fr) afin de l’intégrer dans un environnement complet de travail qui permet à tout chercheur, ou groupe de chercheurs :

– de constituer et « uploader » ses propres corpus audiovisuels,
– de les publier sous forme d’une archive (personnelle ou « communautaire ») en ligne,
– de les analyser et de les indexer et, enfin,
– de les diffuser sous forme de publications personnalisées (vidéo-livres interactifs, dossiers thématiques, dossiers bilingues, dossiers pédagogiques, …).

Organisation

Les deuxièmes journées sont organisées par l’Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH).

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter : Elisabeth de Pablo (depablo@msh-paris.fr) ou Manuel Papino (epapinot@msh-paris.fr).

Comité scientifique

  • Véronique Alexandre Journeau (CNRS – Réseau Asie)
  • Alain Carou (BnF)
  • Florence Descamps (EPHE)
  • Laurence Favier (GERIICO – Université de Lille 3)
  • Dominique Flament (CNRS-FMSH)
  • Yvon Guillon (MSH en Bretagne)
  • Barbara Glowczewski (Collège de France-LAS/CNRS)
  • Steffen Lalande (INA)
  • Hervé Lièvre (CERIMES et Canal U)
  • Widad Mustafa (GERIICO – Université de Lille 3)
  • Fabrice Papy (Université de Lorraine et ESCoM-FMSH)
  • Richard Pottier (Université de Paris V).
  • Luc Quoniam (Université de Toulon)
  • Monica Schpun (CRBC – EHESS)
  • Peter Stockinger (INALCO et ESCoM-FMSH)

 Programme 

Mardi 18 décembre 

Matin 9h15-12h45

9h15 : Accueil des participants et présentation des Journées ASA-SHS
9h30 : La problématique de la publication en ligne de corpus audiovisuels (Peter Stockinger)

10h15 : Un exemple concret : le nouveau portail FMSH-AAR consacré à la publication de ressources audiovisuelles documentant le patrimoine scientifique de la Fondation Maison des sciences de l’homme (Elisabeth de Pablo, Muriel Chemouny)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 : L’environnement numérique de publication de corpus audiovisuels SEMIOSPHERE (Francis Lemaitre)

11h45 : Instrumentation des indexations analytique et systématique : Le Visual Catalog pour la diffusion et le partage des informations scientifiques (Fabrice Papy)

12h30 – 14h : Déjeuner

Après-midi 14h-18h

14h – 14h45 : Problématique de republication d’un corpus existant : AMSUR portail thématique web sur l’Amérique latine  (Manuela Papino)

14h45 – 15h20 : Création et gestion d’une archive audiovisuelle dans le cadre d’un doctorat en anthropologie sur le patrimoine vivant andin : le portail PCIA (Patrimoine Culturel Immatériel Andin)  (Valérie Legrand-Galarza)

15h20 – 16h00 : Le portail ALIA – « Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs » : présentation du portail littéraire, choix éditoriaux, publication de dossiers thématiques (Muriel Chemouny)

16h00 – 16h30 : Pause

16h30 – 17h00 : Présentation des prototypes d’interfaces : pour une mise en valeur des différents accès des sites – du portail Semiosphere – et des réseaux sociaux (Richard Guérinet)

16h00– 17h30 : Le projet européen Convergence – un exemple d’un système de travail sécurisé pour la publication de  ressources audiovisuelles en ligne (Francis Lemaitre, Valérie Legrand-Galarza et alii.)

17h30 – 18h : Conclusion –
Coopérations en cours : « Programme AAR – Canal U – UOH »  (Elisabeth de Pablo, Fabrice Papy, Peter Stockinger et alii)

Discussion
Inscription aux ateliers du 19 décembre 2012 

 

Mercredi 19 décembre 

Matin 9h30-12h30

Atelier pratique 1 : Atelier de publication en ligne de ressources audiovisuelles (Unmbraco-Semiosphere)

Produire une archive audiovisuelle à l’aide de Semiosphere ; créer un site portail ; « uploader » et enregistrer des ressources audiovisuelles ; réaliser le travail éditorial (Francis Lemaitre, Valérie Legrand-Galarza, Manuela Papino et alii)

Atelier pratique 2 : Atelier d’analyse et d’indexation de ressources audiovisuelles (ASA Studio)

Analyser et indexer des ressources d’une archive et améliorer les accès au contenu d’une archive (Elisabeth de Pablo, Muriel Chemouny, Valérie Legrand-Galarza et alii)

Atelier pratique 3 : Atelier de gestion des droits et traçabilité des vidéos en ligne (Projet européen Convergence)

Après-midi 14h30-17h30 –
L’atelier 3 de l’après-midi se déroulera dans le bureau 312 (3ème étage)

Atelier pratique 3 : Atelier de gestion des droits et traçabilité des vidéos en ligne (Projet européen Convergence)

 

Références

  1. Programme « Archives Audiovisuelles de la Recherche »
  2. Le portail de publication d’archives audiovisuelles Semiosphere
  3. Le carnet de recherche ASA-SHS sur hypothese.org
  4. Le site officiel du projet ASA-SHS (2008 – 2011)
  5. Le programme des Premières Journées ASA-SHS en décembre 2011
  6. L’intégralité des Premières Journées ASA-SHS en ligne sur le portail AAR
  7. Le site du laboratoire de recherche ESCoM – Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias
  8. Le site CANAL AAR sur Canal U

L’ensemble des résultats des activités de recherche et de développement consacrées aux archives audiovisuelles, sont exposés dans trois ouvrages parus chez Hermès Science Publications/Lavoisier (Collection Traité des Sciences et Techniques de l’Information) :

  1. 2011 : Les archives audiovisuelles : description, indexation et publication, ouvrage collectif sous la direction de Peter Stockinger ;
  2. 2011 : Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques ouvrage collectif sous la direction de Peter Stockinger ;
  3. 2012 : Analyse des contenus audiovisuels : métalangage et modèles de description de Peter Stockinger.

Ces trois ouvrages ont tous été traduits et publiés en anglais aux éditions ISTE-Wiley :

  1. 2011: Introduction to Audiovisual Archives, edited by P. Stockinger
  2. 2011: Digital Audiovisual Archives, edited by P. Stockinger
  3. 2012: Audiovisual Archives, Digital Text and Discourse Analysis, P. Stockinger.

 

Retrouvez l’annonce de ce colloque sur Calenda : http://calenda.org/223701

 

 

Expression sonore et Atelier de Description ASA

Expression sonore & Atelier de Description ASA 

[Jirasri DESLIS ]

Démarrez ces vidéos…l’une après l’autre ou toutes en même temps….Ecoutez-les attentivement. Femez vos yeux, si vous le souhaitez ! 

Qu’entend-on?

Baguettes de tambour, «Patrimoine mondial…», chants, vagues, «Intangible Cultural Heritage», xylophone, acclamations, «UNESCO», guitare, «Humanité», piano, «Richesse», percussion, «..Expression..», orgue, tempête, «Google», foule, «…Globalisation…Safeguarding Plan…», applaudissements, «…ils ont des objets volés entre leurs mains…»………………………..[Vous pouvez arrêter la lecture et commençons notre analyse.]

Que sont ces sons? Quelles typologies ? Comment les décrire ? Comment les localiser et indexer pour leur réutilisation? Existe-t-il une modélisation d’organisation de ces informations ?…

Ces problématiques sont au centre de notre projet de recherche. En effet, l’Atelier de description du Studio ASA, prévoit une fonctionnalité pour la description des plans sonores des documents audiovisuels. Nous allons le démontrer par une simulation de l’usage de cette fonctionnalité dans notre Atelier de Description.

En choisissant l’onglet « Plan acoustique », l’analyste accède à la fonctionnalité pour décrire ce type d’information à la fois au niveau de la vidéo et au niveau des segments de vidéo (Illustration A).

 

 Illustration A : Onglet « Plan acoustique » de l’Atelier de Description

Pour commencer à faire une description du plan acoustique, l’analyste doit d’abord remplir le premier champ du type d’objets acoustiques en actionnant le bouton à droite du champ (Illustration B). La nouvelle fenêtre propose ainsi l’arborescence des plans acoustiques.

  Illustration B : Onglet « Plan acoustique » et l’arborescence des types d’objets acoustiques (Premier plan)

La typologie des objets sonores est divisée en deux grandes catégories : « objets sonores à thème » et « objets sonores fonctionnels ». Les objets sonores à thème comprennent trois grands types d’objets : la Parole (à identifier selon le genre du locuteur, son identité sociale, le contexte social et sa fonction diégétique), la Musique (intrumentale et vocale), le Bruit (de la vie courante, du milieu naturel, social et technique) et le Soundscape (le son ambiant). Quant aux objets sonores fonctionnels, ils regroupent six objets : le son clé, l’illustration sonore, le générique sonore, la virgule sonore, l’insert sonore et enfin le son post-produit (Illustration C).

 Illustration C: Typologies des objets sonores

Pour indexer les éléments sonores, l’analyste doit choisir l’un de ces objets. Il peut ensuite préciser la nature exacte de cet élément dans les deux champs libres [objets acoustiques] et [commentaires] qui servent respectivement à nommer et à contextualiser l’objet identifié (Illustration D). Concrètement, l’indexation de l’objet acoustique « Musique instrumentale », pourra être suivi du nom d’un instrument comme, par exemple, [piano] et de la contextualisation de celui-ci [piano soliste].

 Illustration D: Formulaire du plan acoustique 

Lorsque l’analyste identifie la typologie et décrit la nature d’un objet acoustique, il peut également indexer les techniques de réalisation associées à cet objet (Illstration E). Les techniques de mise en son se répartissent en quatre grandes catégories :

– reproduction du son : son mimétique et son subjectivité (son atténué, son coupé, son déformé et son recouvert) ;

– technique d’expression du son : hauteur du son, intensité sonore et timbre sonore ;

– plan sonore : plan sonore d’ensemble, plan sonore moyen, gros plan sonore et très gros plan sonore ;

– effet sonore : ambiance sonore (ambiance mimétique, diégétique, thème sonore et leitmotive sonore)  et transition sonore ;

– durée du plan sonore. 

Illustration E: La sous-rubrique « Plan Acoustique » dans l’Atelier de description sémiotique –  analyse de la technique acoustique pour mettre en scène un objet/une situation pro-filmique

* Nous remercions très sincèrement  l’UNESCO et Google France  pour la mise à disposition de ces vidéos sur leur chaîne YouTube (UNESCO, Google France) sans lesquelles nous n’aurions pu mener cette expérimentation sonore.

Vidéos utilisées (de gauche à droite) : 

-Première ligne : La procession dansante d’Echternach | Le chant polyphonique géorgien | Les fêtes de Gióng des temples de Phù Ðông et de Sóc

-Deuxième  ligne : Partenariat Google UNESCO | Why safeguard intangible cultural heritage ? | Médina de Fès

 – Troisième ligne : Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique | La lutte contre le trafic illicite biens culturels | Alliance globale pour la diversité  culturelle de l’UNESCO 

Cf: DE PABLO E. et DESLIS J., “L’analyse de l’expression audiovisuelle”, in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Les archives audiovisuelles : Description, indexation et publication, Hermès,  Londres , 2011

A consulter : https://www.slideshare.net/atelierdesarkeonautes/les-archives-audiovisuelles-description-indexation-et-publication | http://asashs.hypotheses.org/161

Si vous aimez cet article, soutenez-nous par cliquer sur  “J’aime” >>   

et suivez-nous  sur Twitter >>  .

________________________________________

NB: Nous démontrerons concrètement l’analyse visuelle et acoustique  de l’Atelier de Description ASA en utilisant le documentaire, intitulé  « From Different Horizons of Rockshelter« , produit sous la direction de Dr. Rasmi SHOOCONGDEJ, Faculté d’Archéologie, Université Silpakorn, Thaïlande, le 5 décembre prochain, à la FMSH, Paris. 

Programme  du colloque ASA : “Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel à visée anthropologique – Portail sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA)

Dans le cadre des carnets Hypothèses, nous avons décidé de décrire les différentes étapes de la constitution d’un portail audiovisuel à visée anthropologique. Notre première contribution décrit notre méthodologie de collecte du corpus audiovisuel qui constitue le cœur de notre portail consacré au Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA).

Après sept mois dans les Andes pour réaliser nos travaux de recherche doctorale et constituer notre corpus audiovisuel, nous sommes de retour au sein des locaux parisiens du projet ASA-SHS pour constituer notre portail audiovisuel sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA). L’objectif de ce portail est double. D’une part, il s’agit de conserver et de diffuser de manière scientifique des données de recherche sous la forme d’archives audiovisuelles en ligne et accessibles à tous. D’autre part, un des principaux enjeux de ce portail consiste également à promouvoir et revaloriser les patrimoines vivants des populations andines, dans un contexte actuel où ils sont parfois menacés, soit par une langue ou une tradition dominante, soit par un désintérêt de la part des nouvelles générations. La parole a donc été laissée aux acteurs et porteurs de patrimoines locaux, afin qu’ils expriment en langues autochtones leurs points de vue concernant leurs savoirs et leurs pratique. Dans la perspective d’enrichir et de commenter les vidéos portant sur des faits culturels, nous avons également tourné divers films de recherche et de réflexion concernant ces évènements culturels, qu’il s’agisse de conférences, colloques, cours et entretiens avec des chercheurs ou spécialistes.

Diablada, danse andine - Fête de la Vierge d'Urcupiña, Quillacollo, Bolivie

Méthode de travail : l’approche anthropologique et l’enquête ethnographique

Notre méthodologie scientifique repose sur l’approche anthropologique, qui se fonde sur l’enquête ethnographique de terrain, nous permettant à la fois de constituer notre corpus d’étude, d’élaborer nos interprétations à son sujet et d’identifier les principaux sujets dont traite notre portail. L’approche ethnographique, à travers la description, l’observation participante, la pratique d’entretiens et la réalisation d’enregistrements audio et vidéo des activités quotidiennes et des manifestations festives permet de considérer l’ensemble des pratiques et des représentations de la communauté concernée : les activités économiques, politiques, sociales, les croyances, et la vision que les acteurs portent sur leur environnement social, naturel et surnaturel.

De mars à octobre 2011, nous avons mené nos enquêtes de terrain en milieu urbain et dans les communautés rurales de la région de Cusco (Pérou) et de Cochabamba (Bolivie), afin de réaliser divers documents filmiques sur le patrimoine vivant des populations andines. Nous avons ainsi recueilli de précieux témoignages, en espagnol et en quechua, concernant des traditions orales, des savoir-faire, des connaissances et pratiques traditionnelles, des fêtes ou encore des rituels.

  • Description et observation participante

Notre enquête a essentiellement consisté à nous immerger auprès des porteurs de traditions locaux en milieux urbain et rural, afin de décrire leurs activités et d’assister à l’ensemble des pratiques sociales et manifestations festives, pour en comprendre le rôle et la symbolique dans la vie sociale locale.

  • Méthode d’entretiens

Nous avons mené de nombreux entretiens en quechua et en espagnol auprès de différentes personnes en ville et dans les communautés: individus, artisans, musiciens, danseurs, spécialistes, anthropologues, etc., de manière individuelle et collective. Notre méthode d’entretien repose sur la mise en place d’un guide d’entrevue ouvert, adapté à la personne interrogée et la réalisation d’un entretien enregistré sous la forme d’une conversation, sans limite de temps ni de sujets, de manière à laisser libre court aux commentaires et aux points de vue de l’interviewé.

Entretien collectif - Ccachin, Lares, Cusco

Méthode de recueil : collecte, indexation et sauvegarde des données

  • Collecte des données

Pour le recueil de nos données de terrain, nous utilisons un matériel d’enregistrement numérique audio et audiovisuel, ainsi qu’un appareil photographique afin de constituer notre corpus de données et de pouvoir en rendre compte de la manière la plus fidèle et la plus exhaustive possible dans le cas de la diffusion des résultats de nos recherches. Notre choix de matériel a été guidé par nos objectifs de recherche et nos conditions de travail sur le terrain. Nous nous sommes donc décidées pour une caméra numérique AVCHD qui est un nouveau format nécessitant un moindre poids de stockage et permettant l’usage des nouveaux formats de diffusion HD et Blue Ray. Le support d’enregistrement est double : carte-mémoire et disque dur interne (120 Go) offrant à la fois une grande autonomie de tournage et une très grande capacité de stockage.

Entretien individuel filmé - Huama, Lamay, Cusco
  • Indexation et sauvegarde des données

De retour de tournage, la première étape fondamentale consiste à sauvegarder et à indexer les données collectées sur des supports pérennes et selon un système d’archivage logique.

Pour l’indexation des données recueillies, nous avons constitué un registre photographique, audio et vidéo des pratiques culturelles et des entretiens collectés. Afin de rendre compte précisément du contexte de recueil des données, nous avons créé un répertoire écrit, dans lequel nous avons reporté les différentes informations de collecte concernant chaque enregistrement : titre de l’enregistrement, date et lieu précis (avec les coordonnées géographiques), nom de la/des personne(s) interrogée(s), genre/catégorie de l’enregistrement (ex : artisanat) et description courte de la thématique abordée. Nous avons également reporté les données techniques des enregistrements : taille, format, durée.

Dans le but d’assurer une pérennité à nos données, nous avons sauvegardé régulièrement ces documents sur notre ordinateur et sur différents disques durs externes, placés dans des lieux différents, comme il est usuellement recommandé. Par la suite, la sauvegarde de ces fichiers sera également réalisée sur les serveurs de la FMSH, puis –en tant que dépôt légal – dans les locaux de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Une démarche éthique : consentement, coopération et restitution

 Dans un souci de recherche éthique, nous avons mis au point un ensemble de procédures afin de respecter les personnes impliquées, leur langue et leur culture, impliquant à la fois une information préalable détaillée de nos recherches et des objectifs du projet, une coopération avec les personnes, communautés et institutions locales et une restitution de nos données de recherche.

  • Ethique : consentement éclairé

Comme élément préalable à tout enregistrement, la première étape de travail consiste à faire une demande de « consentement éclairé », oral ou écrit, aux personnes ou aux communautés concernées. Le consentement éclairé correspond à une demande d’accord s’accompagnant d’une information préalable concernant les responsables du projet, les objectifs et finalités de l’enquête, les types d’actions menées (enregistrements, transcriptions, traductions, etc.) et le traitement futur des données collectées (archivage, diffusion, mise en ligne, etc.). L’information et la demande de consentement doivent évidemment être adaptées à la fois aux objectifs de l’enquête, aux objets à collecter et aux personnes concernées, en prenant notamment en compte leur langue et leur mode de communication (en l’occurrence quechua et/ou espagnol, écrit et/ou oral) et leur mode d’organisation sociale (individuel ou collectif).

Afin de travailler dans un cadre formel, nous avons choisi de développer un modèle écrit de formulaire de consentement se présentant sous la forme de différentes alternatives, matérialisant des choix véritables pour l’enquêté, libre d’accepter ou de refuser certaines modalités de diffusion des données (par exemple accord donné pour la mise en ligne mais pas pour la description de la vidéo)[1]. Ce modèle de contrat et sa signature ont également été adaptés à une vision collective, laissant la possibilité aux personnes impliquées de signer collectivement à travers un représentant ou par un ensemble de signatures individuelles. Lorsque la signature d’un contrat écrit n’est pas possible, l’accord se pratique oralement dans la langue des locuteurs et selon les mêmes termes que le modèle écrit. Cet accord oral est si possible enregistré sur un support numérique afin de le conserver au même titre qu’un document papier.

Demande collective de consentement - Quishuarani, Lares, Cusco
  • Coopération

La première étape de consentement éclairé est également essentielle pour impliquer concrètement les personnes concernées dans l’élaboration de notre projet de recherche. Dans la perspective d’une recherche-action, nous travaillons le plus possible en collaboration avec les structures locales : groupes sociaux (familles, communautés paysannes), institutions culturelles et scientifiques (ONG et centres de recherche locaux, Institut National de la Culture péruvien, Université de Cuzco), en participant à des programmes ou projets locaux (par exemple : le programme Qhapaq ñan de l’INC)[2].

  • Restitution des données

Dans le cadre d’une recherche réciproque, nous nous sommes également engagées à restituer le matériel recueilli auprès des personnes ou des groupes concernés, sous la forme de DVDs édités ou de fichiers vidéo bruts. Cette action permet ainsi aux populations de disposer des données les concernant et de pouvoir les ré-exploiter dans le futur, dans le but de réaliser leur propre édition, de faire la promotion de leur patrimoine ou encore de créer des archives locales. Le don du matériel vidéo fait également partie du formulaire de consentement, engageant ainsi le chercheur à contribuer à la patrimonialisation locale des savoirs.

 

Quelques exemples de vidéos…

  • Au Pérou

Au Pérou, nous avons par exemple recueilli des vidéos concernant:

-un rituel de marquage et de fertilité aux lamas (camélidés andins), pratiqué dans les communautés paysannes de haute altitude, au pied du massif de l’Ausangate.

Rituel de fertilité aux lamas - Ausangate, Cusco

-les différentes techniques de tissage dans les communautés paysannes de l’Ausangate, Cusco.

Tissage - Ausangate, Cusco

 

-les pratiques musicales de la lawata (flûte andine jouée pendant l’époque du carnaval) dans la région de Lamay, Cusco .

Musicien lawata - Huama, Lamay, Cusco
  • En Bolivie

En Bolivie, nous avons filmé:

-un entretien avec un luthier spécialiste des charangos (instrument à cordes andin originaire de Bolivie), nous expliquant les différentes étapes de confection, ainsi que les variétés de charango existant en Bolivie, à Cochabamba.

Entretien avec un luthier de Charango - Cochabamba, Bolivie

– la performance de différentes traditions orales (contes, chants et devinettes) en langue quechua, à Quillacollo, Cochabamba.

– des traditions culinaires, comme le Charque, technique andine de conservation et de préparation de viande séchée, à Quillacollo, Cochabamba.

Il existe encore bien d’autres vidéos. Nous décrirons ainsi plus en détail notre corpus audiovisuel dans notre prochain article qui sera consacré à la sélection du corpus audiovisuel et à l’identification de nos catégories d’analyse pour la bibliothèque de description de notre portail PCIA.


[1] Voir documents : « Form_ASA_Valerie_fr » et « Form_ASA_Valerie_es » sur le site : semioweb.msh-paris.fr:8080/site/projets/logasa/spip.php?rubrique29
[2] Le programme « Qhapaqñan » est chargé de répertorier, de restaurer et de valoriser les différents chemins incas existant au Pérou, afin qu’ils soient reconnus « Patrimoine mondial de l’humanité » par l’UNESCO. Nous avons ainsi collaboré dans le recueil et la mise en valeur des traditions orales quechuas accompagnant les vestiges archéologiques de ces chemins.

PCIA – Patrimoine Culturel Immatériel Andin

Présentation

Cet atelier est en cours de réalisation.

Pour toute information complémentaire, contactez : Valérie Legrand-Galarza

Pour avoir un premier aperçu, visitez le LogBook ASA :

http://semioweb.msh-paris.fr:8080/site/projets/logasa/

 

Créé et mis à jour régulièrement le « log book ASA », ou « cahier de terrain » documente le travail de terrain des deux chercheuses associées permanentes Valérie Legrand-Galarza et Aygun Eyyubova.

Le « log book ASA », est complété d’une façon hebdomadaire par les deux chercheuses qui ainsi, peuvent- en plus de la liaison quasi quotidienne via e-mail – rendre compte de l’avancée de leurs travaux et réaliser une veille d’informations sur les thématiques qui les préoccupent.

Ce « document électronique », consultable librement sur internet – sauf exception de quelques documents internes – relate ainsi les expériences concrètes de création d’un patrimoine à l’aide de l’environnement ASA ; il permet la diffusion sur vos sites et/ou publication annotée dans notre ouvrage collectif ou encore ailleurs.