Archives par mot-clé : YouTube

AUDIOVISUAL ARCHIVES STUDY DAYS ON YOU TUBE / Les deuxièmes journées ASA-SHS sur YouTube

Deuxièmes journées ASA-SHS :
“La publication et la diffusion en ligne de corpus audiovisuels”

A VOIR : LA PRESENTATION INTERACTIVE DE CES JOURNEES SUR YOU TUBE

 PLUS D’INFORMATIONS ?

http://asashs.hypotheses.org/1673

http://calenda.org/223701

 

 

 

Expression sonore et Atelier de Description ASA

Expression sonore & Atelier de Description ASA 

[Jirasri DESLIS ]

Démarrez ces vidéos…l’une après l’autre ou toutes en même temps….Ecoutez-les attentivement. Femez vos yeux, si vous le souhaitez ! 

Qu’entend-on?

Baguettes de tambour, «Patrimoine mondial…», chants, vagues, «Intangible Cultural Heritage», xylophone, acclamations, «UNESCO», guitare, «Humanité», piano, «Richesse», percussion, «..Expression..», orgue, tempête, «Google», foule, «…Globalisation…Safeguarding Plan…», applaudissements, «…ils ont des objets volés entre leurs mains…»………………………..[Vous pouvez arrêter la lecture et commençons notre analyse.]

Que sont ces sons? Quelles typologies ? Comment les décrire ? Comment les localiser et indexer pour leur réutilisation? Existe-t-il une modélisation d’organisation de ces informations ?…

Ces problématiques sont au centre de notre projet de recherche. En effet, l’Atelier de description du Studio ASA, prévoit une fonctionnalité pour la description des plans sonores des documents audiovisuels. Nous allons le démontrer par une simulation de l’usage de cette fonctionnalité dans notre Atelier de Description.

En choisissant l’onglet « Plan acoustique », l’analyste accède à la fonctionnalité pour décrire ce type d’information à la fois au niveau de la vidéo et au niveau des segments de vidéo (Illustration A).

 

 Illustration A : Onglet « Plan acoustique » de l’Atelier de Description

Pour commencer à faire une description du plan acoustique, l’analyste doit d’abord remplir le premier champ du type d’objets acoustiques en actionnant le bouton à droite du champ (Illustration B). La nouvelle fenêtre propose ainsi l’arborescence des plans acoustiques.

  Illustration B : Onglet « Plan acoustique » et l’arborescence des types d’objets acoustiques (Premier plan)

La typologie des objets sonores est divisée en deux grandes catégories : « objets sonores à thème » et « objets sonores fonctionnels ». Les objets sonores à thème comprennent trois grands types d’objets : la Parole (à identifier selon le genre du locuteur, son identité sociale, le contexte social et sa fonction diégétique), la Musique (intrumentale et vocale), le Bruit (de la vie courante, du milieu naturel, social et technique) et le Soundscape (le son ambiant). Quant aux objets sonores fonctionnels, ils regroupent six objets : le son clé, l’illustration sonore, le générique sonore, la virgule sonore, l’insert sonore et enfin le son post-produit (Illustration C).

 Illustration C: Typologies des objets sonores

Pour indexer les éléments sonores, l’analyste doit choisir l’un de ces objets. Il peut ensuite préciser la nature exacte de cet élément dans les deux champs libres [objets acoustiques] et [commentaires] qui servent respectivement à nommer et à contextualiser l’objet identifié (Illustration D). Concrètement, l’indexation de l’objet acoustique « Musique instrumentale », pourra être suivi du nom d’un instrument comme, par exemple, [piano] et de la contextualisation de celui-ci [piano soliste].

 Illustration D: Formulaire du plan acoustique 

Lorsque l’analyste identifie la typologie et décrit la nature d’un objet acoustique, il peut également indexer les techniques de réalisation associées à cet objet (Illstration E). Les techniques de mise en son se répartissent en quatre grandes catégories :

– reproduction du son : son mimétique et son subjectivité (son atténué, son coupé, son déformé et son recouvert) ;

– technique d’expression du son : hauteur du son, intensité sonore et timbre sonore ;

– plan sonore : plan sonore d’ensemble, plan sonore moyen, gros plan sonore et très gros plan sonore ;

– effet sonore : ambiance sonore (ambiance mimétique, diégétique, thème sonore et leitmotive sonore)  et transition sonore ;

– durée du plan sonore. 

Illustration E: La sous-rubrique « Plan Acoustique » dans l’Atelier de description sémiotique –  analyse de la technique acoustique pour mettre en scène un objet/une situation pro-filmique

* Nous remercions très sincèrement  l’UNESCO et Google France  pour la mise à disposition de ces vidéos sur leur chaîne YouTube (UNESCO, Google France) sans lesquelles nous n’aurions pu mener cette expérimentation sonore.

Vidéos utilisées (de gauche à droite) : 

-Première ligne : La procession dansante d’Echternach | Le chant polyphonique géorgien | Les fêtes de Gióng des temples de Phù Ðông et de Sóc

-Deuxième  ligne : Partenariat Google UNESCO | Why safeguard intangible cultural heritage ? | Médina de Fès

 – Troisième ligne : Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique | La lutte contre le trafic illicite biens culturels | Alliance globale pour la diversité  culturelle de l’UNESCO 

Cf: DE PABLO E. et DESLIS J., “L’analyse de l’expression audiovisuelle”, in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Les archives audiovisuelles : Description, indexation et publication, Hermès,  Londres , 2011

A consulter : https://www.slideshare.net/atelierdesarkeonautes/les-archives-audiovisuelles-description-indexation-et-publication | http://asashs.hypotheses.org/161

Si vous aimez cet article, soutenez-nous par cliquer sur  “J’aime” >>   

et suivez-nous  sur Twitter >>  .

________________________________________

NB: Nous démontrerons concrètement l’analyse visuelle et acoustique  de l’Atelier de Description ASA en utilisant le documentaire, intitulé  « From Different Horizons of Rockshelter« , produit sous la direction de Dr. Rasmi SHOOCONGDEJ, Faculté d’Archéologie, Université Silpakorn, Thaïlande, le 5 décembre prochain, à la FMSH, Paris. 

Programme  du colloque ASA : “Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Les réseaux sociaux de l’ADA (3) – YouTube III

Les réseaux sociaux de l’Atelier Des Arkéonautes

YouTube III  : YouTube et Apture

| | |

                          [Jirasri DESLIS]

Articles concernant YouTube  à consulter : YouTube I YouTube II | YouTube III  [La chaîne « Les Arkéonautes » sur YouTube]

L’utilisation de la vidéo sur YouTube comme ressource pour accompagner la lecture sur  n’importe quelle page d’internet se trouve également avec l’application Apture. Cette dernière est le service de  recherche sémantique contextuelle que l’utilisateur peut voir en action en  surlignant un mot ou une phrase. Les mots et les phrases surlignés deviennent  des hyperliens en contenu rich media[1]. Pour obtenir ce service, il faut l’installer  comme extension de navigateur (disponible pour FireFox, Chrome et Safari).  Apture propose ainsi aux internautes diverses formes de contenus (sites web,  vidéos, images) et leur permet de plonger en profondeur dans un sujet auquel  ils s’intéressent sans quitter la page en cours de consultation.

Par exemple dans notre cas, nous avons installé l’extension Apture sur le navigateur Chrome (de Google). Un scénario d’usage de ce service en relation avec nos vidéos sur YouTube peut être envisagé de façon suivante.

L’internaute consulte le site de l’Encyclopédie Universalis sur le sujet « Patrimoine minier en Europe », rédigé  par Louis Bergeron, directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en  sciences sociales. Il surligne les mots « Patrimoine minier » pour obtenir les  ressources suggérées par ce service. L’info bulle « Learn More »  s’affiche ensuite sur ces mots (Illustration A : en haute à gauche). Une fois la bulle activée, une petite fenêtre  annexe propose trois types d’information : résultats de recherche des liens provenant de moteur de recherche Bing, de vidéos provenant de YouTube, et  d’images provenant de Google Image Search (Illustration A : en haute à droite).

 

 Illustration A

Dans notre exemple, la fenêtre  annexe s’ouvre et propose différents types d’informations concernant le patrimoine minier (Illustration A : en haute à droite). Ce service propose ainsi les vidéos concernées dont deux  vidéos marquées avec les mots-clés patrimoine, minier, histoire, technique etc.  et diffusées sur notre chaîne YouTube, intitulées « L’influence de l’industrie  minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica » par Jozef Labuda et « Changing Landscapes » par Margaret Lindsay Faull. Ces deux vidéos sont les  communications présentées pendant le colloque « Les paysages de la mine, un  patrimoine contesté », organisé au Centre historique minier du Nord-Pas de Calais, Lewarde, France, en  2008.  Lorsque l’internaute choisit la vidéo dans cette liste, la vidéo  s’affichera dans la fenêtre annexe. (Illustration A : en bas).

L’affichage de notre vidéo pour accompagner la lecture de cet article est un exemple concret d’utilisation des ressources  audiovisuelles pour contextualiser et exemplifier la thématique recherchée.

La reconstitution animée de l’usage de nos vidéo diffusées sur YouTube pour l’accompagnement de la lecture d’un sujet en profondeur, grâce à l’application Apture.

Notes: Ne pas hésiter à tester cette application. 

1. Installez Apture sur votre navigateur.  

2. Allez à la page « Patrimoine minier en Europe » sur le site de l’Encyclopédie Universalis.

3. Soulingnez les mots « Patrimoine minier ».

4. Et bonne lecture!

Si vous aimez cet article, soutenez-nous en cliquant sur « J’aime » >> https://www.facebook.com/atelierdesarkeonautes

Cf: DESLIS J., « Usages de plateformes de diffusion de contenus numériques », in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès,  Londres , 2011

A consulter : https://www.slideshare.net/atelierdesarkeonautes/flyer2-9590868 | http://asashs.hypotheses.org/545

 


[1]
Rich-media signifie, généralement, un  support comportant plusieurs médias de différentes natures (contenus vidéo et  audio, des ressources documentaires textuelles, des animations, etc.). Un  contenu rich-media fait donc appel à  une pluralité de médias synchronisés les uns par rapport aux autres.

Les réseaux sociaux de l’ADA (3) – YouTube II

Les réseaux sociaux de l’Atelier Des Arkéonautes

YouTube II : Vidéo interactive avec annotation   

      |   |   | 

                          [Jirasri DESLIS]

Articles concernant YouTube  à consulter : YouTube I | YouTube II | YouTube III  [La chaîne « Les Arkéonautes » sur YouTube]

Une autre fonctionnalité fournie par YouTube, est la possibilité de créer l’interactivité entre les vidéos grâce à l’annotation. Par exemple, nous avons mis à disposition sur la plateforme YouTube deux vidéos, intitulées « L’influence de l’industrie minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica» [1] et « Changing Landscapes » [2]. Ces deux conférences font partie du Colloque « Les paysages de la mine, un patrimoine contesté », filmé en 2008 sur la plateforme YouTube. Nous avons ainsi annoté à la fin de la première vidéo pour inviter les internautes à voir la deuxième vidéo qui est issue du même événement scientifique.

Illustration A:  Texte « See related VDO », annoté à la fin de la vidéo« L’influence de l’industrie minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica » pour renvoyer à la vidéo « Changing Landscapes » du même évènement scientifique.

Cette annotation permet non seulement de créer des liens entre des vidéos de notre chaîne, mais d’appliquer également cette fonctionnalité pour proposer d’autres ressources vidéo de YouTube dont le sujet a un lien avec un segment précis de notre vidéo. Par exemple, dans notre cas, nous allons tester avec la vidéo intitulée «  Changing Landscape », de Marget Faull (National Coal Mining Museum from England). A la septième minute et quinze secondes de son intervention, il y a une photographie, utilisée pour illustrer son discours concernant la vie des mineurs. Nous avons ainsi intégré une fonction de l’« arrêt sur image ». La lecture de la vidéo peut ainsi être suspendue pour un certain temps.

Illustration B:

Gauche : Texte interactif « A coal Testimony » s’affichant à un endroit précis dans la vidéo.  Droite : Un passage de l’entretien d’un ex-mineur britannique, démarrant à 4 mins 50 sec., retraçant la vie des mineurs

Nous avons ainsi inséré le texte « A coal testimony » à cet endroit et arrêté la lecture de la vidéo pendant une minute (Illustration B – gauche). Nous avons ensuite placé le lien URL sur ce texte pointant vers une vidéo de YouTube, concernant une série de vidéos intitulée « Coal Mining Story » et faite par un ex-mineur, relatant l’histoire et l’importance de cette industrie en Grande Bretagne. Ces vidéos se composent principalement d’images d’archives et de différents entretiens montrant la variété des discours sur ce sujet. Les protagonistes sont par exemple les mineurs et leur famille, les gérants de l’exploitation et les agents publics.

 Dans notre cas, nous avons annoté le passage de notre vidéo à la première vidéo de cette série à la quatrième minute et cinquantième seconde (Illustration B – droite). En effet, ce démarrage dans la vidéo correspond à l’entretien d’un mineur britannique, précédé par une succession de plusieurs images d’archives pour la contextualisation du sujet.

Vidéo à tester : Cliquez sur le texte « A coal testimony » à la septième minute et quinze secondes pour obtenir le témoignage d’un ex-mineur britannique. 

Ainsi, l’utilisation de cette technique de l’annotation nous permet non seulement d’obtenir un mode d’enrichissement de notre vidéo via une référence audiovisuelle précise, mais également de créer un nouveau type de narration non linaire, intégré dans la vidéo, voire la création de la vidéo interactive.

Si vous aimez cet article, soutenez-nous en cliquant sur « J’aime » >> https://www.facebook.com/atelierdesarkeonautes 

Cf: DESLIS J., « Usages de plateformes de diffusion de contenus numériques », in. STOCKINGER P. (sous la direction de),Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès, à paraître en octobre 2011


[1] URL sur le site officiel de l’ADA :  http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ADA/FR/_video.asp?id=1851&ress=5909&video=9588&format=82

[2] URL sur le site officiel de l’AAR : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1601&ress=5213&video=8305&format=69

Les réseaux sociaux de l’ADA (3) – YouTube I

Les réseaux sociaux de l’Atelier Des Arkéonautes

YouTube I : Accessibilité multilingue  

      |   |   | 

                          [Jirasri DESLIS]

Articles concernant YouTube  à consulter : YouTube I YouTube II | YouTube III  [La chaîne « Les Arkéonautes » sur YouTube]

Nous avons expérimenté sur la plateforme de partage de vidéos YouTube en créant la chaîne Atelier des Arkéonautes (https://www.youtube.com/user/LesArkeonautes). Les expérimentations reposent principalement sur les fonctionalités spécifiques de cette plateforme en rapport avec la collection du portail officiel de l’ADA. Comment rendre nos collections plus accessibles? Comment les utiliser dans différents contextes?….

Etant donné que le corpus des vidéos contient des vidéos multilingues (français, anglais, espagnol, allemand et thaïlandais), nous nous interrogeons sur la possibilité de diffuser ces ressources auprès de nos publics internationaux. Ainsi, une des fonctionnalités techniques offertes par YouTube qui pourra répondre à notre question est la reconnaissance vocale pour retranscrire automatiquement les discours oraux en sous-titres (Figure en bas à gauche).

Au départ, cette fonctionnalité a été créée à destination des internautes malentendants, mais elle permet également de proposer des traductions des sous-titrages en diverses langues. Actuellement, la génération automatique de sous-titres de vidéo via la reconnaissance vocale ne concerne que les vidéos en anglais. Ainsi, nous avons mis à disposition les extraits de vidéo en anglais provenant de la collection ADA pour mener l’expérience. Une fois la vidéo téléversée, YouTube propose une possibilité de transcrire automatiquement la piste d’audio. Néanmoins, cette transcription ne s’opère pas en temps réel, il faut un délai d’une heure à une journée.

Gauche : La transcription automatique proposée par YouTube de la vidéo intitulé « The first incantation from Ancient South Arabia », par Peer Stein (Jena Universität, Allemagne) | Droite :  La traduction du sous-titre de l’anglais au chinois

YouTube permet également de télécharger le fichier de retranscription (en format .sbv, compatible avec le logiciel WordPad) pour la correction et de le retéléverser sur le serveur. Cette  fonctionnalité donne également une possibilité d’importer le fichier de la retranscription des vidéos, déjà faite par le producteur. Les outils  automatiques se chargeront de synchroniser ces sous-titres pour qu’ils s’affichent avec le bon timing lors de la lecture de la vidéo. Même si la fonctionnalité de la retranscription de YouTube prend en charge par défaut les vidéos en anglais, cette plateforme propose la traduction des sous-titres en une cinquantaine de langues (Figure en haut à droite). Cette possibilité rend les vidéos plus accessibles aux internautes qui ne comprennent pas la langue d’origine de la vidéo.

                      

Vidéo à tester sur notre chaîne Youtube.  Actionnez l’icône  [CC]
sur la barre de lecture pour obtenir la transcription automatique 

En outre, YouTube propose la fonctionnalité de la transcription interactive. L’utilisateur peut ainsi cliquer sur la phrase de son choix pour déplacer la vidéo à cet endroit.

 La transcription interactive avec le déroulement
automatique du time-line de la vidéo

A tester cette transcription interactive sur notre chaîne en actionnant cette icône   en bas de la barre de lecture >>  ici.

Si vous aimez cet article, soutenez-nous en cliquant sur « J’aime » >> https://www.facebook.com/atelierdesarkeonautes 

Cf: DESLIS J., « Usages de plateformes de diffusion de contenus numériques », in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès, à paraître en octobre 2011