Archives de catégorie : Ateliers ASA / ASA Workshop

Présentation et évolution des ateliers développés dans le cadre du projet ASA-SHS.

Méthodes de collecte d’un corpus audiovisuel à visée anthropologique – Portail sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA)

Dans le cadre des carnets Hypothèses, nous avons décidé de décrire les différentes étapes de la constitution d’un portail audiovisuel à visée anthropologique. Notre première contribution décrit notre méthodologie de collecte du corpus audiovisuel qui constitue le cœur de notre portail consacré au Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA).

Après sept mois dans les Andes pour réaliser nos travaux de recherche doctorale et constituer notre corpus audiovisuel, nous sommes de retour au sein des locaux parisiens du projet ASA-SHS pour constituer notre portail audiovisuel sur le Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA). L’objectif de ce portail est double. D’une part, il s’agit de conserver et de diffuser de manière scientifique des données de recherche sous la forme d’archives audiovisuelles en ligne et accessibles à tous. D’autre part, un des principaux enjeux de ce portail consiste également à promouvoir et revaloriser les patrimoines vivants des populations andines, dans un contexte actuel où ils sont parfois menacés, soit par une langue ou une tradition dominante, soit par un désintérêt de la part des nouvelles générations. La parole a donc été laissée aux acteurs et porteurs de patrimoines locaux, afin qu’ils expriment en langues autochtones leurs points de vue concernant leurs savoirs et leurs pratique. Dans la perspective d’enrichir et de commenter les vidéos portant sur des faits culturels, nous avons également tourné divers films de recherche et de réflexion concernant ces évènements culturels, qu’il s’agisse de conférences, colloques, cours et entretiens avec des chercheurs ou spécialistes.

Diablada, danse andine - Fête de la Vierge d'Urcupiña, Quillacollo, Bolivie

Méthode de travail : l’approche anthropologique et l’enquête ethnographique

Notre méthodologie scientifique repose sur l’approche anthropologique, qui se fonde sur l’enquête ethnographique de terrain, nous permettant à la fois de constituer notre corpus d’étude, d’élaborer nos interprétations à son sujet et d’identifier les principaux sujets dont traite notre portail. L’approche ethnographique, à travers la description, l’observation participante, la pratique d’entretiens et la réalisation d’enregistrements audio et vidéo des activités quotidiennes et des manifestations festives permet de considérer l’ensemble des pratiques et des représentations de la communauté concernée : les activités économiques, politiques, sociales, les croyances, et la vision que les acteurs portent sur leur environnement social, naturel et surnaturel.

De mars à octobre 2011, nous avons mené nos enquêtes de terrain en milieu urbain et dans les communautés rurales de la région de Cusco (Pérou) et de Cochabamba (Bolivie), afin de réaliser divers documents filmiques sur le patrimoine vivant des populations andines. Nous avons ainsi recueilli de précieux témoignages, en espagnol et en quechua, concernant des traditions orales, des savoir-faire, des connaissances et pratiques traditionnelles, des fêtes ou encore des rituels.

  • Description et observation participante

Notre enquête a essentiellement consisté à nous immerger auprès des porteurs de traditions locaux en milieux urbain et rural, afin de décrire leurs activités et d’assister à l’ensemble des pratiques sociales et manifestations festives, pour en comprendre le rôle et la symbolique dans la vie sociale locale.

  • Méthode d’entretiens

Nous avons mené de nombreux entretiens en quechua et en espagnol auprès de différentes personnes en ville et dans les communautés: individus, artisans, musiciens, danseurs, spécialistes, anthropologues, etc., de manière individuelle et collective. Notre méthode d’entretien repose sur la mise en place d’un guide d’entrevue ouvert, adapté à la personne interrogée et la réalisation d’un entretien enregistré sous la forme d’une conversation, sans limite de temps ni de sujets, de manière à laisser libre court aux commentaires et aux points de vue de l’interviewé.

Entretien collectif - Ccachin, Lares, Cusco

Méthode de recueil : collecte, indexation et sauvegarde des données

  • Collecte des données

Pour le recueil de nos données de terrain, nous utilisons un matériel d’enregistrement numérique audio et audiovisuel, ainsi qu’un appareil photographique afin de constituer notre corpus de données et de pouvoir en rendre compte de la manière la plus fidèle et la plus exhaustive possible dans le cas de la diffusion des résultats de nos recherches. Notre choix de matériel a été guidé par nos objectifs de recherche et nos conditions de travail sur le terrain. Nous nous sommes donc décidées pour une caméra numérique AVCHD qui est un nouveau format nécessitant un moindre poids de stockage et permettant l’usage des nouveaux formats de diffusion HD et Blue Ray. Le support d’enregistrement est double : carte-mémoire et disque dur interne (120 Go) offrant à la fois une grande autonomie de tournage et une très grande capacité de stockage.

Entretien individuel filmé - Huama, Lamay, Cusco
  • Indexation et sauvegarde des données

De retour de tournage, la première étape fondamentale consiste à sauvegarder et à indexer les données collectées sur des supports pérennes et selon un système d’archivage logique.

Pour l’indexation des données recueillies, nous avons constitué un registre photographique, audio et vidéo des pratiques culturelles et des entretiens collectés. Afin de rendre compte précisément du contexte de recueil des données, nous avons créé un répertoire écrit, dans lequel nous avons reporté les différentes informations de collecte concernant chaque enregistrement : titre de l’enregistrement, date et lieu précis (avec les coordonnées géographiques), nom de la/des personne(s) interrogée(s), genre/catégorie de l’enregistrement (ex : artisanat) et description courte de la thématique abordée. Nous avons également reporté les données techniques des enregistrements : taille, format, durée.

Dans le but d’assurer une pérennité à nos données, nous avons sauvegardé régulièrement ces documents sur notre ordinateur et sur différents disques durs externes, placés dans des lieux différents, comme il est usuellement recommandé. Par la suite, la sauvegarde de ces fichiers sera également réalisée sur les serveurs de la FMSH, puis –en tant que dépôt légal – dans les locaux de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Une démarche éthique : consentement, coopération et restitution

 Dans un souci de recherche éthique, nous avons mis au point un ensemble de procédures afin de respecter les personnes impliquées, leur langue et leur culture, impliquant à la fois une information préalable détaillée de nos recherches et des objectifs du projet, une coopération avec les personnes, communautés et institutions locales et une restitution de nos données de recherche.

  • Ethique : consentement éclairé

Comme élément préalable à tout enregistrement, la première étape de travail consiste à faire une demande de « consentement éclairé », oral ou écrit, aux personnes ou aux communautés concernées. Le consentement éclairé correspond à une demande d’accord s’accompagnant d’une information préalable concernant les responsables du projet, les objectifs et finalités de l’enquête, les types d’actions menées (enregistrements, transcriptions, traductions, etc.) et le traitement futur des données collectées (archivage, diffusion, mise en ligne, etc.). L’information et la demande de consentement doivent évidemment être adaptées à la fois aux objectifs de l’enquête, aux objets à collecter et aux personnes concernées, en prenant notamment en compte leur langue et leur mode de communication (en l’occurrence quechua et/ou espagnol, écrit et/ou oral) et leur mode d’organisation sociale (individuel ou collectif).

Afin de travailler dans un cadre formel, nous avons choisi de développer un modèle écrit de formulaire de consentement se présentant sous la forme de différentes alternatives, matérialisant des choix véritables pour l’enquêté, libre d’accepter ou de refuser certaines modalités de diffusion des données (par exemple accord donné pour la mise en ligne mais pas pour la description de la vidéo)[1]. Ce modèle de contrat et sa signature ont également été adaptés à une vision collective, laissant la possibilité aux personnes impliquées de signer collectivement à travers un représentant ou par un ensemble de signatures individuelles. Lorsque la signature d’un contrat écrit n’est pas possible, l’accord se pratique oralement dans la langue des locuteurs et selon les mêmes termes que le modèle écrit. Cet accord oral est si possible enregistré sur un support numérique afin de le conserver au même titre qu’un document papier.

Demande collective de consentement - Quishuarani, Lares, Cusco
  • Coopération

La première étape de consentement éclairé est également essentielle pour impliquer concrètement les personnes concernées dans l’élaboration de notre projet de recherche. Dans la perspective d’une recherche-action, nous travaillons le plus possible en collaboration avec les structures locales : groupes sociaux (familles, communautés paysannes), institutions culturelles et scientifiques (ONG et centres de recherche locaux, Institut National de la Culture péruvien, Université de Cuzco), en participant à des programmes ou projets locaux (par exemple : le programme Qhapaq ñan de l’INC)[2].

  • Restitution des données

Dans le cadre d’une recherche réciproque, nous nous sommes également engagées à restituer le matériel recueilli auprès des personnes ou des groupes concernés, sous la forme de DVDs édités ou de fichiers vidéo bruts. Cette action permet ainsi aux populations de disposer des données les concernant et de pouvoir les ré-exploiter dans le futur, dans le but de réaliser leur propre édition, de faire la promotion de leur patrimoine ou encore de créer des archives locales. Le don du matériel vidéo fait également partie du formulaire de consentement, engageant ainsi le chercheur à contribuer à la patrimonialisation locale des savoirs.

 

Quelques exemples de vidéos…

  • Au Pérou

Au Pérou, nous avons par exemple recueilli des vidéos concernant:

-un rituel de marquage et de fertilité aux lamas (camélidés andins), pratiqué dans les communautés paysannes de haute altitude, au pied du massif de l’Ausangate.

Rituel de fertilité aux lamas - Ausangate, Cusco

-les différentes techniques de tissage dans les communautés paysannes de l’Ausangate, Cusco.

Tissage - Ausangate, Cusco

 

-les pratiques musicales de la lawata (flûte andine jouée pendant l’époque du carnaval) dans la région de Lamay, Cusco .

Musicien lawata - Huama, Lamay, Cusco
  • En Bolivie

En Bolivie, nous avons filmé:

-un entretien avec un luthier spécialiste des charangos (instrument à cordes andin originaire de Bolivie), nous expliquant les différentes étapes de confection, ainsi que les variétés de charango existant en Bolivie, à Cochabamba.

Entretien avec un luthier de Charango - Cochabamba, Bolivie

– la performance de différentes traditions orales (contes, chants et devinettes) en langue quechua, à Quillacollo, Cochabamba.

– des traditions culinaires, comme le Charque, technique andine de conservation et de préparation de viande séchée, à Quillacollo, Cochabamba.

Il existe encore bien d’autres vidéos. Nous décrirons ainsi plus en détail notre corpus audiovisuel dans notre prochain article qui sera consacré à la sélection du corpus audiovisuel et à l’identification de nos catégories d’analyse pour la bibliothèque de description de notre portail PCIA.


[1] Voir documents : « Form_ASA_Valerie_fr » et « Form_ASA_Valerie_es » sur le site : semioweb.msh-paris.fr:8080/site/projets/logasa/spip.php?rubrique29
[2] Le programme « Qhapaqñan » est chargé de répertorier, de restaurer et de valoriser les différents chemins incas existant au Pérou, afin qu’ils soient reconnus « Patrimoine mondial de l’humanité » par l’UNESCO. Nous avons ainsi collaboré dans le recueil et la mise en valeur des traditions orales quechuas accompagnant les vestiges archéologiques de ces chemins.

Transmission en direct du Café des Sciences, aujourd’hui, à 16h

Watch live streaming video from orientmed at livestream.com

A l’occassion de la Fête de la science 2011, en étroite collaboration avec le Laboratoire Orient & Méditerrannée (UMR 8167), nous diffuserons en direct l’événement du Café des Sciences sous le thème LA CHIMIE, UNE SCIENCE QUI NE S’EST PAS CONSTITUÉE SANS HISTOIRE, le 13/10 à partir de 16h. Plus d’informations

>> Suivez-nous également sur Twitter @ArchivesADA et #CaféSciences | Discussion en direct OrientMed sur Livestream

Les réseaux sociaux de l’ADA (3) – YouTube III

Les réseaux sociaux de l’Atelier Des Arkéonautes

YouTube III  : YouTube et Apture

| | |

                          [Jirasri DESLIS]

Articles concernant YouTube  à consulter : YouTube I YouTube II | YouTube III  [La chaîne « Les Arkéonautes » sur YouTube]

L’utilisation de la vidéo sur YouTube comme ressource pour accompagner la lecture sur  n’importe quelle page d’internet se trouve également avec l’application Apture. Cette dernière est le service de  recherche sémantique contextuelle que l’utilisateur peut voir en action en  surlignant un mot ou une phrase. Les mots et les phrases surlignés deviennent  des hyperliens en contenu rich media[1]. Pour obtenir ce service, il faut l’installer  comme extension de navigateur (disponible pour FireFox, Chrome et Safari).  Apture propose ainsi aux internautes diverses formes de contenus (sites web,  vidéos, images) et leur permet de plonger en profondeur dans un sujet auquel  ils s’intéressent sans quitter la page en cours de consultation.

Par exemple dans notre cas, nous avons installé l’extension Apture sur le navigateur Chrome (de Google). Un scénario d’usage de ce service en relation avec nos vidéos sur YouTube peut être envisagé de façon suivante.

L’internaute consulte le site de l’Encyclopédie Universalis sur le sujet « Patrimoine minier en Europe », rédigé  par Louis Bergeron, directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en  sciences sociales. Il surligne les mots « Patrimoine minier » pour obtenir les  ressources suggérées par ce service. L’info bulle « Learn More »  s’affiche ensuite sur ces mots (Illustration A : en haute à gauche). Une fois la bulle activée, une petite fenêtre  annexe propose trois types d’information : résultats de recherche des liens provenant de moteur de recherche Bing, de vidéos provenant de YouTube, et  d’images provenant de Google Image Search (Illustration A : en haute à droite).

 

 Illustration A

Dans notre exemple, la fenêtre  annexe s’ouvre et propose différents types d’informations concernant le patrimoine minier (Illustration A : en haute à droite). Ce service propose ainsi les vidéos concernées dont deux  vidéos marquées avec les mots-clés patrimoine, minier, histoire, technique etc.  et diffusées sur notre chaîne YouTube, intitulées « L’influence de l’industrie  minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica » par Jozef Labuda et « Changing Landscapes » par Margaret Lindsay Faull. Ces deux vidéos sont les  communications présentées pendant le colloque « Les paysages de la mine, un  patrimoine contesté », organisé au Centre historique minier du Nord-Pas de Calais, Lewarde, France, en  2008.  Lorsque l’internaute choisit la vidéo dans cette liste, la vidéo  s’affichera dans la fenêtre annexe. (Illustration A : en bas).

L’affichage de notre vidéo pour accompagner la lecture de cet article est un exemple concret d’utilisation des ressources  audiovisuelles pour contextualiser et exemplifier la thématique recherchée.

La reconstitution animée de l’usage de nos vidéo diffusées sur YouTube pour l’accompagnement de la lecture d’un sujet en profondeur, grâce à l’application Apture.

Notes: Ne pas hésiter à tester cette application. 

1. Installez Apture sur votre navigateur.  

2. Allez à la page « Patrimoine minier en Europe » sur le site de l’Encyclopédie Universalis.

3. Soulingnez les mots « Patrimoine minier ».

4. Et bonne lecture!

Si vous aimez cet article, soutenez-nous en cliquant sur « J’aime » >> https://www.facebook.com/atelierdesarkeonautes

Cf: DESLIS J., « Usages de plateformes de diffusion de contenus numériques », in. STOCKINGER P. (sous la direction de), Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès,  Londres , 2011

A consulter : https://www.slideshare.net/atelierdesarkeonautes/flyer2-9590868 | http://asashs.hypotheses.org/545

 


[1]
Rich-media signifie, généralement, un  support comportant plusieurs médias de différentes natures (contenus vidéo et  audio, des ressources documentaires textuelles, des animations, etc.). Un  contenu rich-media fait donc appel à  une pluralité de médias synchronisés les uns par rapport aux autres.

Le Studio ASA ou « Comment s’approprier un “texte” audiovisuel ? »

L’Atelier de segmentation et l’Atelier de description du Studio ASA : Aperçu de quelques procédures et étapes pour la constitution d’un dossier audiovisuel thématique sur les Mille et une nuits

  • Choix des documents  

La sélection des documents s’opère parmi le fonds audiovisuel des AAR (Archives Audiovisuelles de la Recherche) dans le domaine des sciences et études littéraires, selon :

–         la thématique littéraire choisie ;

–         les caractéristiques techniques du document audiovisuel initial ;

–         le genre du document audiovisuel (entretien, conférence, reportage, spectacle, etc.) ;

–         la spécificité sémiotique propre à chaque document audiovisuel (sémiotique du contenu du discours oral, sémiotique visuelle et acoustique).

Trois documents s’avèrent intéressants pour notre dossier : un entretien, une conférence, une adaptation contemporaine d’un conte des Mille et une nuits ; diversité des genres de documents, du contenu.

–         Un entretien sur la littérature arabe classique – du professeur Joseph Sadan (Université de Tel-Aviv) apporte des éléments scientifiques généraux contextualisant historiquement, géographiquement l’apparition puis l’évolution du corpus des Mille et une nuits ;

–         Une conférence sur les Mille et une nuits – d’Aboubakr Chraïbi (spécialiste de littérature arabe, INaLCO) – aborde le sujet sous un aspect particulier, la thématique de l’érotisme à travers différentes traductions du texte ;

–         Une création contemporaine – réalisée par Bruno de Lasalle – donne un exemple contemporain de représentation spectaculaire musicale d’un conte des Mille et une nuits. Il sert à la fois de prétexte à mettre en exergue la structure d’un conte des Mille et une nuits, une structure par enchâssement, et apporte une dimension artistique, musicale, interprétation contemporaine intéressante du point de vue de la sémiotique visuelle et sonore.

  • La Méta-description : le choix éditorial

A l’issue de l’observation des documents, il apparaît que ces trois textes audiovisuels peuvent constituer ensemble un dossier thématique : l’entretien va constituer l’axe central autour duquel les deux autres vont s’articuler, la conférence en tant que focalisation thématique et le spectacle en tant qu’exemplification. Le contexte d’usage et le destinataire du dossier thématique sont spécifiés dans la méta-description.

  • l’Atelier de segmentation du studio ASA : Préparation des documents, contraintes techniques 

Chaque document comporte des caractéristiques techniques voire des contraintes techniques de départ telles qu’essentiellement le chapitrage ou l’absence de chapitrage de la vidéo. Il est parfois nécessaire, pour accéder aux séquences audiovisuelles traitant de la thématique recherchée, de les extraire « virtuellement » à l’aide de l’Atelier de segmentation. C’est l’une des étapes de transformation de la donnée numérique en ressource cognitive.

Fig.1 : La  vidéo-source originale, segmentée

Fig.1 : La  vidéo-source originale, segmentée

Fig.2 : Extraction des  segments relatifs à la thématique des Mille et une nuits dans l’Atelier de segmentation

Fig.2 Extraction des  segments relatifs à la thématique des Mille et une nuits dans l’Atelier de segmentation

Ces deux figures montrent le traitement d’une vidéo depuis son état initial – la vidéo source chapitrée (Fig.1) – puis le résultat de l’extraction des segments (Fig.2), portant sur la thématique choisie, dans l’Atelier de segmentation.

  • L’Atelier de description : description /indexation des documents, contextualisation des termes, focus sur le plan thématique

Le cadre de l’indexation est fourni par le vocabulaire utilisé par le chercheur, l’univers du discours, de la même façon que l’on procède en abordant un texte écrit. La méthode consiste à reprendre systématiquement dans le plan thématique les propositions du discours qui vont contextualiser le mieux possible le corpus littéraire – en relevant des termes, des expressions, des concepts prononcés par le chercheur. Autrement dit de répondre aux questions correspondant au schéma classique dit des 5 W – Who, What, Where, When, Why – Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? (voir Harold Dwight Lasswell (1902-1978), spécialiste américain de la communication de masse, dans sa définition de la communication).

Par ailleurs, les indications historiques, géographiques, socioculturelles données dans l’entretien de Joseph Sadan peuvent être utilisées pour contextualiser chaque terme, expression, concept dans la description/indexation des segments sélectionnés pour la thématique des Mille et une nuits. Chacun est indexé dans un formulaire d’indexation selon des modèles (ressources métalinguistiques) et des scénarios d’analyse (Métalangage de description) de l’Atelier de description.

– On procède de même pour la conférence, sachant que le champ lexical y est plus spécialisé et localisé dans l’espace et dans le temps du fait même de l’orientation thématique spécifique développée dans la conférence.

– L’adaptation théâtrale présente un intérêt sémiotique supplémentaire – sonore et visuel – par rapport à l’entretien et à la conférence, que l’on peut décrire grâce aux schémas d’indexation relatifs aux plans visuels et sonores : description du type de musique – instrumentale, vocale -, des instruments, expressivité du son ; rapport entre récit, rythme du récit et accompagnement musical.

Par ailleurs, il est possible, par exemple, d’indexer chaque mot, chaque expression dans la langue d’origine, telle que le montre la figure 3, ci-dessous :

Fig.3 Exemple d’indexation du titre Mille contes en français et dans la langue d’origine, l’arabe

 Fig.3 Exemple d’indexation du titre Mille contes en français et dans la langue d’origine, l’arabe

L’avantage de cette indexation systématique et extrêmement précise – grâce aux multiples schémas de description propres au domaine littéraire, à la contextualisation des termes, à leur indexation possible en plusieurs langues – est de permettre ensuite à l’internaute d’accéder directement aux passages vidéo correspondant exactement à l’objet de sa recherche…

Cf. CHEMOUNY, M. « L’analyse d’un corpus audiovisuel sur les Mille et une nuits », in STOCKINGER P. (sous la direction de), Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès, à paraître en octobre 2011.

Les réseaux sociaux de l’ADA (3) – YouTube II

Les réseaux sociaux de l’Atelier Des Arkéonautes

YouTube II : Vidéo interactive avec annotation   

      |   |   | 

                          [Jirasri DESLIS]

Articles concernant YouTube  à consulter : YouTube I | YouTube II | YouTube III  [La chaîne « Les Arkéonautes » sur YouTube]

Une autre fonctionnalité fournie par YouTube, est la possibilité de créer l’interactivité entre les vidéos grâce à l’annotation. Par exemple, nous avons mis à disposition sur la plateforme YouTube deux vidéos, intitulées « L’influence de l’industrie minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica» [1] et « Changing Landscapes » [2]. Ces deux conférences font partie du Colloque « Les paysages de la mine, un patrimoine contesté », filmé en 2008 sur la plateforme YouTube. Nous avons ainsi annoté à la fin de la première vidéo pour inviter les internautes à voir la deuxième vidéo qui est issue du même événement scientifique.

Illustration A:  Texte « See related VDO », annoté à la fin de la vidéo« L’influence de l’industrie minière et sidérurgique sur le paysage de Banska Štiavnica » pour renvoyer à la vidéo « Changing Landscapes » du même évènement scientifique.

Cette annotation permet non seulement de créer des liens entre des vidéos de notre chaîne, mais d’appliquer également cette fonctionnalité pour proposer d’autres ressources vidéo de YouTube dont le sujet a un lien avec un segment précis de notre vidéo. Par exemple, dans notre cas, nous allons tester avec la vidéo intitulée «  Changing Landscape », de Marget Faull (National Coal Mining Museum from England). A la septième minute et quinze secondes de son intervention, il y a une photographie, utilisée pour illustrer son discours concernant la vie des mineurs. Nous avons ainsi intégré une fonction de l’« arrêt sur image ». La lecture de la vidéo peut ainsi être suspendue pour un certain temps.

Illustration B:

Gauche : Texte interactif « A coal Testimony » s’affichant à un endroit précis dans la vidéo.  Droite : Un passage de l’entretien d’un ex-mineur britannique, démarrant à 4 mins 50 sec., retraçant la vie des mineurs

Nous avons ainsi inséré le texte « A coal testimony » à cet endroit et arrêté la lecture de la vidéo pendant une minute (Illustration B – gauche). Nous avons ensuite placé le lien URL sur ce texte pointant vers une vidéo de YouTube, concernant une série de vidéos intitulée « Coal Mining Story » et faite par un ex-mineur, relatant l’histoire et l’importance de cette industrie en Grande Bretagne. Ces vidéos se composent principalement d’images d’archives et de différents entretiens montrant la variété des discours sur ce sujet. Les protagonistes sont par exemple les mineurs et leur famille, les gérants de l’exploitation et les agents publics.

 Dans notre cas, nous avons annoté le passage de notre vidéo à la première vidéo de cette série à la quatrième minute et cinquantième seconde (Illustration B – droite). En effet, ce démarrage dans la vidéo correspond à l’entretien d’un mineur britannique, précédé par une succession de plusieurs images d’archives pour la contextualisation du sujet.

Vidéo à tester : Cliquez sur le texte « A coal testimony » à la septième minute et quinze secondes pour obtenir le témoignage d’un ex-mineur britannique. 

Ainsi, l’utilisation de cette technique de l’annotation nous permet non seulement d’obtenir un mode d’enrichissement de notre vidéo via une référence audiovisuelle précise, mais également de créer un nouveau type de narration non linaire, intégré dans la vidéo, voire la création de la vidéo interactive.

Si vous aimez cet article, soutenez-nous en cliquant sur « J’aime » >> https://www.facebook.com/atelierdesarkeonautes 

Cf: DESLIS J., « Usages de plateformes de diffusion de contenus numériques », in. STOCKINGER P. (sous la direction de),Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques, Hermès, à paraître en octobre 2011


[1] URL sur le site officiel de l’ADA :  http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ADA/FR/_video.asp?id=1851&ress=5909&video=9588&format=82

[2] URL sur le site officiel de l’AAR : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1601&ress=5213&video=8305&format=69